/finance/homepage

«La mesure qu’il fallait», estime un expert

TVA Nouvelles

Il était justifié de fermer le site de l’Agence du revenu du Canada (ARC) en raison de la découverte d’une faille de sécurité, estime l’expert en sécurité informatique Steve Waterhouse.

Depuis vendredi, le site de l’ARC est hors fonction. Les citoyens qui veulent déposer leur déclaration de revenus ne peuvent donc pas le faire. Lorsque Revenu Canada a fait ses analyses jeudi, les experts se sont rendu compte que leur site était touché par ce problème, a expliqué M. Waterhouse en entrevue à LCN. Ils ont donc fermé le portail pour éviter que des pirates puissent exploiter la vulnérabilité.

Selon M. Waterhouse, c’était «la mesure qu’il fallait», le temps que les équipes gouvernementales puissent faire les vérifications sur les impacts de cette faille.

Dans son message sur son site internet, l’ARC a précisé que «rien ne nous indique que des renseignements de particuliers ont été touchés; cependant, nous continuons d’évaluer la situation et de la corriger.» L’expert dit les croire sur cette question.

«On parle au conditionnel, parce qu’il y a d’autres sites transactionnels dans le monde, similaire à Revenu Canada, qui se font actuellement attaquer et qui ont été compromis, souligne-t-il. Je ne crois pas que Revenu Canada a été pris dans le piège jusqu’à présent et ils ont pris des mesures.»

Impact important

Les pirates à l’origine de l’attaque pourraient tout de même avoir réussi à rentrer dans le serveur, en prendre le contrôle et à «faire ce qu’ils veulent avec», mentionne M. Waterhouse. S’ils ont eu accès à l’intérieur des serveurs, l’impact pourrait être important pour les citoyens, mais aussi pour le gouvernement.

«Ils peuvent potentiellement exploiter l’information, ou faire participer [le serveur] à d’autres activités non voulues par le site», détaille l’expert.

Et avant que tout revienne à la normale, «ça peut être long. Il faut qu’ils  fassent le travail de vérification et de correction, et ils ne veulent pas manquer leur coup.»

Après cette faille, un retour trop rapide pourrait entraîner une perte de confiance envers le service sur internet du gouvernement.

«S’ils commencent à faire le retour de l’information et qu’il y a de la compromission, ça va être la débandade», prédit le spécialiste.

Le site de Statistique Canada éprouve aussi des problèmes. Il n’a pas été possible pour M. Waterhouse de confirmer qu’il s’agit de la même situation, mais tout semble pointer dans cette direction.

Dans la même catégorie