/regional/montreal/montreal

Le SPVM ne fera pas partie du mandat de l'Inspecteur général

Laurence Houde-Roy | Agence QMI

EMMANUEL DELACOUR/24 HEURES/AGENCE QMI

Le maire de Montréal est ouvert à élargir éventuellement le mandat de l’inspecteur général de Montréal, mais pas question d’y intégrer les affaires internes du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

La Ville de Saint-Jérôme a mis sur pied lundi son Bureau de l’intégrité professionnelle et administrative (BIPA), qui sera dirigé par l’ancien politicien et ex-chef du SPVM et Jacques Duchesneau. Il aura un mandat semblable au Bureau de l’inspecteur général de la Ville de Montréal (BIG), soit de surveiller l’octroi et la gestion des contrats publics.

Le BIPA, contrairement au BIG, aura également le mandat d’enquêter sur les dossiers immobiliers. «C’est sûr qu’éventuellement, on va élargir [le mandat du BIG]», a réagi Denis Coderre lorsque questionné sur ce sujet mardi matin. Le maire dit qu’il pourrait même prendre exemple sur l’inspecteur général de la ville de New York qui peut non seulement faire des enquêtes administratives, mais également criminelles.

Est-ce que le BIG pourrait obtenir le mandat d’enquêter sur les affaires internes du SPVM? «Il faut faire attention, répond le maire de Montréal. La question policière c’est une chose qui est complètement à part. L’inspecteur général, de prime abord, c’est pour une réalité contractuelle et une réalité administrative, lorsqu’il y a un processus de soumission. Je pense qu’il ne faut pas nécessairement mélanger les genres.»

Le bureau du maire Denis Coderre et celui du BIG ont reçu en mars 2014 la copie d’une lettre de l’ex-policier Mario Lambert, qui dénonçait des pratiques à la Division des affaires internes du SPVM. Si le bureau du maire n’a pas voulu se mêler d’enquêtes policières, l’inspecteur général n’a pas pu s’occuper du dossier puisque cela ne fait pas partie de son mandat.

Le travail des affaires internes sera scruté à la loupe dans le cadre d’une enquête administrative lancée par le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, à la suite de révélations troublantes dans les médias.

Dans la même catégorie