/news/law

La preuve de la défense de Bertrand Charest est close

TVA Nouvelles 

Un ancien skieur, qui a travaillé avec l’ex-entraîneur de ski Bertrand Charest, a été le troisième et dernier témoin de la défense. Il a soutenu devant la cour mercredi n’avoir jamais entendu parler de gestes à caractère sexuel venant de l’accusé envers ses athlètes.

Ce témoignage a complété la preuve de la défense. Celle-ci tenait à présenter un autre point de vue de leur client, dépeint par 12 victimes alléguées comme quelqu’un qui avait des comportements sexuels déplacés.

Le témoin a avoué que certains agissements de Bertrand Charest envers les athlètes l’ont mis mal à l’aise, sans y avoir décelé un comportement sexuel. Il a évoqué un comportement intense avec les athlètes et l’utilisation de mots durs.

«C’est quelqu’un qui manquait peut-être de jugement dans certaines situations, mais qui ne recherchait pas la gratification sexuelle à travers ses comportements, a dit Me Antonio Cabral, l’un des avocats de Bertrand Charest. Ce qu’on pense avoir démontré, c’est que c’était un comportement qui était généralisé de la part de M. Charest.»

La défense a affirmé n’avoir rien à gagner d’un témoignage de Bertrand Charest. Elle s’en tient à la déclaration de l’accusé faite aux policiers et déposée en preuve.

Les plaidoiries se dérouleront au cours des prochains jours. La décision sera prise en délibéré par le juge. Quelques semaines pourraient s’écouler avant que la décision ne tombe.

Dans la même catégorie