/news/law

Daphné Huard-Boudreault victime d'un piège?

TVA Nouvelles

De nouvelles informations obtenues par TVA Nouvelles appuient l'hypothèse de la préméditation du meurtre de Daphné Huard-Boudreault. Tout porte à croire qu'Anthony Pratte-Lops lui a tendu un piège mortel.

Très tôt mercredi matin, aux environs de 4h, quand Daphné devait se rendre au travail, elle a trouvé son ex-copain dans sa voiture. Selon nos informations, Anthony Pratte-Lops se serait ainsi emparé du téléphone de la jeune femme.

Avec son téléphone en main, Pratte-Lops a envoyé des messages du compte Facebook de Daphné. Il a notamment écrit des messages aux collègues de la jeune femme dans un groupe privé des employés du dépanneur.

«Avise daph ou appler la que son telephone sera a 13 h a son appartement et quel amene cest clee pcq il y aura personne (sic)», a-t-il écrit dans un premier message.

«merci pis de lui dire aussi qua dois etre fier de mavoir tromper avec 3 gar different en 5 jour cracher sur deux ans de relation faite juste lappler au dep pour lui dire que je part a linstant pour quebec et quel amene cest cler pcq il y aura personne (sic)», a-t-il ensuite ajouté.

Messenger Daphné Huard-Boudreault

capture d'écran, Facebook

Dans les deux messages, il a fait croire aux amis de la victime qu'il ne serait pas à l'appartement, le lieu du drame.

Sachant que son ex a son téléphone, la jeune femme s'est inquiétée de l'intégrité de son appareil et l'utilisation de son identité sur les réseaux sociaux. Elle croyait également qu'il pouvait avoir piraté ses comptes et a donc décidé de se rendre au poste de police.

La jeune femme qui s'inquiétait surtout pour ses informations personnelles a demandé aux policiers quoi faire. Elle leur aurait dit qu'elle compte bien aller récupérer son téléphone en début d'après-midi. Une agente a alors insisté à deux reprises pour l'escorter.

Daphné a donc quitté alors le poste de police dans son véhicule tandis que la policière la suivait. La jeune femme est arrivée en premier sur la rue Forest et serait tout de suite sortie de son véhicule.

La policière serait arrivée seulement quelques minutes plus tard et aurait d'abord frappé à la porte avant. N'obtenant pas de réponse, elle s'est rendue ensuite à la porte arrière. C'est Pratte-Lops qui lui a répondu, les mains ensanglantées.

Il a été arrêté sur-le-champ. La policière qui est arrivée tout juste après le drame a été traitée pour un choc nerveux.

Dans la même catégorie