/news/culture

Entourée des siens

La comédienne Janine Sutto s'éteint à 95 ans

Agence QMI

À lire également:

• Mireille Deyglun raconte les derniers moments de sa mère

• Les drapeaux de l'hôtel de ville de Montréal en berne

• Programmation hommage à Janine Sutto

• Beaucoup de réactions des milieux artistique et politique

• «Les gens sont tombés amoureux d’elle» - Michel Tremblay

• Janine Sutto «était extraordinaire», selon Béatrice Picard

La grande dame de théâtre Janine Sutto n’est plus. Celle qui a marqué le paysage culturel québécois pendant plus de 75 ans est décédée à l’âge de 95 ans, a annoncé mardi matin son gendre Jean-François Lépine sur son compte Twitter.

«Le décès, de cause naturelle, a été constaté à 5 h à Montréal», a-t-il écrit.

Récemment, elle avait choisi de livrer ses dernières confidences - son testament - à un ami, le comédien André Robitaille, dans le documentaire «Janine Sutto : À sa manière». Une discussion intime autour des deux passions de la grande dame: le théâtre et la vie.

«Tu ne peux pas plaire à tout le monde. Même dans les mauvaises critiques, il y a quelque chose de juste.

Autodidacte, Janine Sutto a marqué la scène culturelle québécoise pour ses rôles campés autant sur les planches qu’à la radio, au cinéma et à la télévision.

Épouse du défunt homme de théâtre français Henri Deyglun, Janine Sutto était la mère de la comédienne et animatrice Mireille Deyglun et de sa jumelle Catherine, décédée en avril 2011.

Née à Paris le 20 avril 1921 d’un père d’origine italienne, Léopold Sutto, et d’une mère alsacienne, Renée Mamert, elle a immigré au Canada avec sa famille à l’âge de 9 ans. Dès ses 14 ans, elle a amorcé sa carrière d’interprète en participant aux feuilletons radiophoniques «Vie de famille» et «Clémentine».

Sa rencontre avec Guy Mauffette, un ami de son frère, à la fin des années 1930 décidera de son sort, puisqu’elle endossera son premier rôle au Théâtre Arcade dans «L’Aiglon».

Elle a cofondé en 1943 le Théâtre de l’Équipe avec l’acteur et scénariste Pierre Dagenais, qu’elle a épousé en 1944 et lui a donné la réplique dans le film «Le père Chopin». Leur union n’aura duré qu’un an.

Carrière ici

Après avoir passé un an en France, elle a assisté à la genèse du Théâtre du Rideau Vert et du Théâtre du Nouveau Monde, respectivement fondés en 1949 et 1951, où elle y a accumulé des rôles importants aux côtés de Jean Gascon, Jean-Louis Roux et Guy Hoffman. Elle a aussi fait rire les Québécois dans tous les coins de la province dans de nombreuses productions de théâtre d’été. Cela lui vaudra d’ailleurs le surnom de «Notre-Dame du théâtre» par son ami Gilles Latulippe.

Très présente au petit écran, elle s’est démarquée notamment par son rôle de Prudence dans «Les belles histoires des Pays-d’en-haut» dès 1956, et dans son rôle de Jeanne Charlebois de 1960 à 1962 dans le téléroman «La côte de sable» écrit par le dramaturge Marcel Dubé.

Dans la peau du personnage Lisette de Courval, Janine Sutto a participé à la première lecture publique de la pièce «Les Belles-Sœurs» de Michel Tremblay en 1968, qui est devenue une œuvre phare de la dramaturgie québécoise contemporaine.

Elle a définitivement marqué la télévision de 1970 à 1977 avec son rôle de Mademoiselle L’Espérance, la vieille fille du téléroman humoristique «Symphorien», dans lequel elle côtoie entre autres Béatrice Picard, Gilles Latulippe, Fernand Gignac et Jean-Louis Millette. Janine Sutto a aussi tourné pour le réalisateur Claude Jutra dans le film «Kamouraska» en 1973.

Prête pour de nouveaux défis, elle a entraîné une équipe de la Ligue nationale d’improvisation de 1978 à 1984. Son passage a été couronné par une Coupe Charade en 1981 et par son intronisation au Temple de la renommée de la Ligue.

C’est aussi en 1978 qu’elle a signé sa première mise en scène avec «Sonnez les matines» de Félix Leclerc, qui a été son voisin et ami, au Théâtre du Rideau Vert. Son amie Jeannette Bertrand lui a confié aussi ses pièces «Moi Tarzan, toi Jane» en 1981, et «Dis-le moi si je dérange» en 1983.

Les Québécois se souviennent du couple de septuagénaires qu’elle formait avec Gilles Latulippe dans la série «Poivre et sel» de 1983 à 1987, aussi entourée des comédiens Yves Jacques et Véronique Le Flaguais.

Dans la foulée du référendum sur l’indépendance du Québec en 1995, elle a affiché publiquement ses couleurs pour le clan du «oui».

Infatigable, elle s’est jointe à la distribution du téléroman «Ent’ Cadieux» en 1997 avec Louise Deschâtelets, et à celle de la comédie «Maman chérie» avec Rémy Girard.

Celle qui a été nommée Officier de l’Ordre du Canada en 1986 et Chevalier de l’Ordre national du Québec en 1998 a aussi reçu en 2014, le plus grand honneur dans les arts au pays, le Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle de la réalisation artistique. En 2015, elle devient la première femme à obtenir le titre de Citoyenne d’honneur de la Ville de Montréal.

Très discrète sur sa vie privée, Janine Sutto a entre autres levé le voile sur ses relations tumultueuses avec les hommes et ses problèmes d’alcool dans la biographie «Vivre avec le destin» signée par son gendre, le journaliste Jean-François Lépine.

Aux côtés des comédiennes Marie-Thérèse Fortin et Guylaine Tremblay, elle a participé au succès de la version musicale de la pièce «Les Belles-Sœurs» dirigée par René-Richard Cyr.