/news/politics

Les médecins encaisseront une hausse de 6 % cette année

Héloïse Archambault

 - Agence QMI

La rémunération des médecins grimpe de 6 % cette année pour atteindre près de 7,5 milliards $, mais le ministre de la Santé fait appel à la «raison» pour freiner cette hausse dans le futur. « J’en appelle à la raison de leur bord », a souligné le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, lors du dépôt du budget, mardi.

La rémunération des médecins augmentera de 5,9 % en 2017-2018, pour une facture de 7,5 milliards $. Ce montant représente 20 % des dépenses en santé.

«Il y a deux budgets en santé au Québec. Il y a le budget des médecins qui est prioritaire, et le budget des patients qui passe en deuxième», a réagi Nicolas Marceau, porte-parole du Parti québécois en matière de finances.

À partir de 2018-2019, le ministre Barrette souhaite plafonner les hausses de revenus des médecins à 3 % par an. Rappelons qu’en 2014, les médecins ont accepté d’étaler jusqu’en 2022 une somme de près de 5,3 milliards $.

Or, le gouvernement «souhaite renégocier les modalités prévues pour tenir compte de sa capacité de payer», indiquent les documents budgétaires. Selon le Dr Barrette, le rattrapage avec le reste du Canada est atteint.

Hausse de 4,2 %

«Le message est clair: le rattrapage est fait, la situation des ententes a changé, ça exige que tout le monde se mette à table de bonne foi pour réévaluer la situation», poursuit le ministre.

Au total, le budget en santé est de 36,7 milliards, une hausse de 4,2 % par rapport à l’an dernier. D’ailleurs, il représente 51 % des dépenses du gouvernement québécois.

L’an prochain, la hausse devrait redescendre à 3,8 %.

Par ailleurs, un montant de 10 millions $ est prévu pour former des superinfirmières (IPS). Selon le syndicat des infirmières, un «coup de barre» devra être donné pour assurer leur autonomie et les encourager à suivre la formation.

« Le ministre devra mettre ses culottes », a réagi Nancy Bédard, vice-présidente à la Fédération interprofessionnelle de la Santé (FIQ).

«Le problème, c’est que les médecins refusent que les IPS soient au bénéfice de la population, dit-elle. (...) Elles ont l’impression d’être au service des médecins.»

Détails des investissements supplémentaires en santé :

- Financement additionnel des établissements : 328 millions $

- Réduire les délais d’attente dans les hôpitaux : 100 millions $

- Soutien à l’autonomie des personnes âgées : 69 millions $

- Centres d’hébergement de soins de longue durée : 65 millions $

- Services diagnostics et chirurgies : 41 millions $

- Soutien aux personnes autistes: 29 millions $

Dans la même catégorie