/regional/montreal/montreal

Projet Montréal dénonce un «massacre à la tronçonneuse» au parc Jean-Drapeau

Laurence Houde-Roy | Agence QMI 

PHOTO COURTOISIE

Projet Montréal dénonce la coupe de 1000 arbres au parc Jean-Drapeau pour permettre la construction d’un amphithéâtre.

«C'est un massacre à la tronçonneuse au parc Jean-Drapeau», a qualifié la cheffe de Projet Montréal, Valérie Plante.

L'opposition déplore que cette coupe massive soit faite au bénéfice de promoteurs privés, principalement evenko qui produit le festival Osheaga, et ce, «sans demander l'avis de quiconque et en demandant l'argent des contribuables».

«Le projet de réaménagement du parc, le maire en a fait sa priorité pour le 375e anniversaire de Montréal, et ça va nous coûter 73 millions $, a indiqué Valérie Plante. Cela va servir essentiellement à y produire de grands spectacles, donc à des promoteurs, et non aux visiteurs et aux Montréalais qui viennent profiter du parc.»

Mme Plante a souligné qu’il y a «déjà une place des spectacles, qui nous a d’ailleurs coûté le double que ce qui était prévu».

Projet Montréal demande un plan directeur et une consultation des Montréalais sur le projet. «Sortir ce projet de son chapeau pour soutenir des promoteurs, c’est inacceptable», a ajouté la cheffe de l’opposition.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a répondu que «ça ne s’est pas fait en vase clos» puisqu’il y a eu un travail depuis 2013 avec le Conseil du patrimoine et qu’un conseil consultatif d’urbanisme a donné son avis sur le sujet.

À la réponse de la Société du parc Jean-Drapeau, qui estime que 71 % des arbres visés ont une fable valeur de conservation en raison de leur âge minimum de 25 ans, Valérie Plante déplore le ridicule de la réponse. «Depuis quand avoir des arbres très vieux et en santé est une raison de les couper? Ils sont parfaits ainsi, c’est ce dont on a besoin. C’est une réponse absurde», a expliqué la cheffe de Projet Montréal.

Denis Coderre a justifié le projet par la nécessité de construire une installation adéquate pour de grands événements, sans que le terrain soit affecté par la pluie. «On a aimé Woodstock avec les shows de bouette, mais un moment donné, fallait que ça change», a-t-il expliqué.

En réaction à la coupe de 1000 arbres sur le site, le maire a fait valoir que Montréal a augmenté de 18 millions $ la subvention pour planter des arbres sur l’île. «Est-ce qu’on est sensible aux arbres? Certainement, mais au lieu de regarder juste l’arbre, regardez l’ensemble de la forêt», a-t-il dit.

Le plan d’aménagement et de mise en valeur de l’île Sainte-Hélène comprend notamment la construction de l’amphithéâtre naturel, la mise en valeur de l’allée Calder et la construction d’une promenade riveraine qui doit «dégager les vues sur la ville».

Dans la même catégorie