/finance/homepage

Les entreprises anticipent une hausse de leurs ventes en 2017

Sébastien St-Jean / Agence QMI

L’enquête sur les perspectives des entreprises de la Banque du Canada (BdC) indique qu’une majorité d’entre elles continue d’anticiper une accélération de la croissance de leurs ventes au cours de la prochaine année, vu l’amélioration des indicateurs de ventes intérieures.

Les ventes des entreprises ont été stables au cours des 12 derniers mois.

Par ailleurs, les anticipations liées aux exportations soutiennent encore les perspectives, «malgré l’incertitude élevée quant à l’effet d’éventuels changements aux politiques aux États-Unis, notamment une baisse de l’impôt des sociétés et l’adoption de mesures protectionnistes».

Les intentions des entreprises d’accroître les investissements en machines et matériel se sont améliorées significativement.

Les intentions des entreprises concernant l’embauche de travailleurs sont demeurées assez fortes.

Dans l’ensemble, les entreprises de tous les secteurs et de toutes les régions comptent effectuer des embauches dans les 12 prochains mois.

Cependant, un petit nombre d’entreprises pensent réduire leur personnel en raison d’un manque d’activité ou pour réaliser des gains de productivité.

«Globalement, les résultats de l’enquête de la BdC sont assez encourageants», estime Benoit P. Durocher, économiste principal chez Desjardins.

«L’amélioration des intentions concernant les dépenses en machines et matériel est particulièrement intéressante, car elle laisse croire que les investissements des entreprises pourraient se relever légèrement dans les trimestres à venir, après avoir connu plusieurs difficultés depuis 2015», a ajouté M. Durocher.

Les résultats de l’enquête sur les perspectives des entreprises comportent des éléments qui, selon lui, pourraient inciter la Banque du Canada à maintenir sa politique monétaire.

«L’enquête procure à la BdC certains arguments pour prolonger le statu quo de sa politique monétaire. Plus particulièrement, les ressources inutilisées signalées par l’indicateur de pénurie de main-d’œuvre démontrent que la BdC possède une bonne marge de manœuvre dans la gestion de sa politique monétaire», a conclu l’économiste de Desjardins.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.