/news/world

La Syrie a été avertie de la menace de frappes américaines

Agence France-Presse

L'armée syrienne a été avertie de la menace d'une opération punitive américaine plusieurs heures avant que des missiles de croisière frappent la base aérienne d'al-Chaayrate dans le centre du pays, a affirmé vendredi une source militaire syrienne.

«Nous avons appris qu'il y avait une menace américaine de bombardement du territoire syrien», a souligné à l'AFP cette source.

«Nous avons pris nos précautions dans plus d'une position militaire, dont la base d'al-Chaayrate. Nous avons déplacé plusieurs avions vers d'autres endroits», a dit ce responsable, ajoutant que l'information leur est parvenue «quelques heures» avant les frappes.

Il n'a pas précisé qui avait averti le gouvernement syrien ni vers où les avions avaient été déplacés.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, 59 missiles de croisière Tomahawk ont été tirés par deux navires américains en Méditerranée vers la base aérienne d'Al-Chaayrate, située près de la ville de Homs (centre). C'était la première fois que les États-Unis menaient une opération militaire contre le régime syrien.

Des responsables américains ont affirmé que les militaires russes avaient été avertis pour éviter des victimes dans leurs rangs et le Kremlin a confirmé.

Selon cette source militaire syrienne, les frappes ont mis hors service neuf avions, dont certains ont été «totalement détruits».

Il s'agissait d'une réponse à une attaque chimique présumée imputée à l'armée syrienne contre Khan Cheikhoun, une petite ville contrôlée par des rebelles et des jihadistes dans la province d'Idleb (nord-ouest).

Elle a fait mardi au moins 86 morts, dont 27 enfants, et plus de 160 blessés, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Les autorités de Damas ont démenti avoir utilisé des armes chimiques.

Dans la même catégorie