/news/culture

Marie-Mai reprend sa voix de Schtroumpfette

Isabelle Hontebeyrie | Agence QMI

Depuis 2011, Marie-Mai est la voix québécoise de la Schtroumpfette. À l’occasion de la sortie du troisième volet des aventures des adorables bonshommes bleus, la nouvelle maman revient sur une expérience dont elle ne se lasse pas!

«Je ne savais pas du tout qu’il y aurait une trilogie lors de mon premier doublage. Ça été une belle surprise à chaque fois que l’on m’a approchée!», a confié Marie-Mai lors d’une entrevue peu de temps avant la sortie de ce long métrage présenté en 3D.

Pour ce nouveau volet, les studios Sony Pictures Animation, après deux longs métrages effectués avec un mélange d’animation et de prises de vues réelles, ont décidé de revenir à l’animation pure, sans «vrais» acteurs.

«La Schtroumpfette et ses amis Schtroumpf à lunettes, Schtroumpf maladroit et Schtroumpf costaud partent à la recherche du Village perdu avant que Gargamel ne le trouve. Ils ont en main une carte mystérieuse qui les mène dans la Forêt interdite où il y a plein de créatures magiques, mais aussi, le plus grand secret de l’histoire des Schtroumpfs....», a-t-elle décrit de l’intrigue du dessin animé, mais sans en dire plus afin de ne pas dévoiler trop de détails.

Des abdos!

Marie-Mai s’est retrouvée dans les studios d’enregistrement pendant plusieurs jours et, comparant avec son travail pour les films précédents, a indiqué avoir passé «à peu près le même temps, un gros deux jours de studio». Par contre, ce doublage n’a pas été comme les autres.

«Il faut aussi dire que j’avais une petite fille à allaiter aussi entre les prises! Toutefois cette fois-ci, même si j’avais beaucoup plus de lignes puisque la Schtroumpfette est très présente dans le film, j’en étais à mon troisième film donc disons que j’avais l’expérience des deux premiers qui m’a beaucoup aidé», a-t-elle confié.

Et ce n’est pas la seule différence avec ses doublages antérieurs. En effet, elle a repris son personnage de Schtroumpfette peu de temps après avoir accouché de la petite Gisèle, née le 15 février dernier. «Aussi rapidement après un accouchement, retrouver ma voix de Schtroumpfette a été un peu plus complexe que je pensais! Beaucoup de choses "bougent" au niveau de l'abdomen et j'ai dû travailler mon endurance...»

Et en ponctuant sa phrase d’un rire, elle a précisé: «Les muscles qui furent jadis mon "six pack" et qui soutiennent le diaphragme étaient comment dire... étirés!!! Haha!»

Retour aux sources

Les studios ont pris, en collaboration avec Véronique Culliford, la fille de Peyo, le «papa» bédéiste des Schtroumpfs, de revenir à l’animation tout en respectant fidèlement l’esprit des dessins du créateur. De plus, tant les producteurs exécutifs Raja Gosnell et Ben Waisbren que le réalisateur Kelly Asbury et les scénaristes Stacey Harman et Pamela Ribon ont misé sur un humour plus visuel et sur une ambiance intergénérationnelle rappelant les films de Buster Keaton ou de Charlie Chaplin.

Cette intention n’a pas échappé à Marie-Mai qui a manifesté tout son enthousiasme après avoir vu «Les Schtroumpfs: le village perdu» lors de ses séances de doublage. «On retrouve vraiment les personnages de notre enfance, tout est en dessins animés, mais avec la technologie et la qualité d’aujourd’hui, les couleurs sont superbes avec des animations extraordinaires autant en 2D qu’en 3D!», a-t-elle commenté.

Il ne s’agit pas d’un hasard si la chanteuse a été choisie pour incarner la voix du personnage iconique de la Schtroumpfette – après tout, elle est la seule fille au milieu de 99 garçons! -, devenue en trois films une héroïne amusante, joyeuse... et bien moderne.

«La Shtroumpfette est une fille de tête! Elle prend les choses en main et elle fonce droit sur son objectif. Elle n'a pas froid aux yeux. Dans un monde de Schtroumpfs, c'est souvent elle qui prend les initiatives. C'est certain que je me retrouve quelque part là dedans», a-t-elle écrit.

Serait-elle dans le secret des dieux et au courant d’un éventuel quatrième film dédié à cette bande de joyeux lurons, de Gargamel et d’Azraël? «Je ne le sais pas, j’espère qu’ils penseront à moi si c’est le cas!»... Et nous aussi!

«Les Schtroumpfs: le village perdu» séduit les familles de cinéphiles depuis le 7 avril.