/news/law

Un présumé violeur plaide l'arrêt Jordan

TVA Nouvelles

Un homme saura lundi si son procès pour agressions sexuelles se tiendra au palais de justice de Québec.

L’avocat de Mohamed-Doudou Traoré a en effet invoqué l’arrêt Jordan pour demander un arrêt des procédures face à ces crimes présumés survenus il y a six ans.

M. Traoré est accusé d’avoir agressé sexuellement une jeune femme de 18 ans et une autre de 20 ans, en février et mars 2011.

Les jeunes femmes avaient été abordées dans un bar de Québec et auraient été droguées avant d’être violées.

L’homme de 34 ans a été arrêté en novembre 2012 sur son lieu de travail, à l’hôpital de l’Enfant Jésus de Québec.

Il a subi son enquête préliminaire en 2014 et a alors été cité à procès pour les deux chefs d’accusation.

«Il y a quelque chose qui ne marche pas. Que l’on puisse reporter de deux, trois ou six mois un dossier parce qu’un témoin est absent, un enquêteur est malade ou le juge n’est pas disponible, ça va. Mais on ne peut pas se rendre à quatre ou cinq ans», fait savoir l’avocat criminaliste, Julien Grégoire.

«Il y a des dossiers de meurtre qui sont moins complexes que des dossiers parfois de vols à l’étalage... Tout est question de circonstance. La cour dit que la gravité de l’accusation ne peut estomper le délai.»

De son côté, le Parti québécois (PQ) demande aux libéraux de réagir plus rapidement pour éviter une escalade d'acquittements.

«Est-ce qu’on ne peut pas se donner les moyens de s’assurer qu’on n’échappe pas des gens qui sont accusés de meurtre, d’agression sexuelle, etc.? C’est des centaines de dossiers qui sont tombés et des centaines d’autres qui risquent de tomber», s’interroge la députée de Joliette, Véronique Hivon.

C'est le juge René de la Sablonnière qui rendra sa décision lundi à savoir si Mohamed-Doudou Traoré subira son procès prévu pour quatre jours ou s'il l'acquittera parce les tribunaux ont été trop lents avant qu'il puisse offrir une défense pleine et entière.

Dans la même catégorie