/news/politics

Le Bloc veut du pot québécois pour les Québécois

Guillaume St-Pierre

 - Agence QMI

À quelques heures du dépôt du projet de loi légalisant le cannabis, les partis d’opposition à Ottawa fourbissent leurs armes en présentant leurs «musts» et leurs attentes.

En entrevue mardi, la chef du Bloc québécois Martine Ouellet a réclamé du fédéral qu’il laisse aux provinces le pouvoir de superviser la production de marijuana récréative afin d’assurer l’essor de l’industrie au Québec.

«On souhaite que le développement économique se fasse au Québec et non pas en Ontario», a affirmé Mme Ouellet.

L’Ontario compte actuellement 24 producteurs de cannabis médical autorisé par Santé Canada, pour un seul au Québec.

Comme plusieurs de ces entreprises lorgnent déjà le marché de la marijuana récréative, Mme Ouellet craint que le Québec ne se fasse «encore damer le pion» par son voisin.

«Le marché dans au Québec a été évalué à entre 1,3 à 10 milliards $, a-t-elle avancé. C’est extrêmement lucratif.»

«C’est important que le volet ‘production’ soit de compétence québécoise, a ajouté Mme Ouellet, qui admet avoir déjà fumé de la marijuana, mais que ce n’était pas son «truc».

«On aurait tout avantage à favoriser l’émergence de producteurs québécois pour le marché québécois», a-t-elle ajouté.

Le Parti conservateur, de son côté, n’en démord pas: la légalisation de la marijuana est selon lui une «grande erreur».

«Ça va banaliser l’usage du cannabis au Canada», a soutenu le député Luc Berthold, qui affirme lui aussi avoir déjà tiré sur un joint, «une fois».

«En ce moment, plusieurs personnes hésitent à essayer le premier petit joint parce que c’est illégal», a-t-il expliqué.

M. Berthold reproche aussi aux libéraux de Justin Trudeau d’avoir omis de financer adéquatement la prévention en amont de la légalisation.

Dans son budget déposé récemment, gouvernement Trudeau a prévu une enveloppe de 9,6 millions $ sur cinq ans pour financer des «programmes d’éducation publique et de surveillance» relativement au cannabis.

«C’est moins de 2 millions $ par année», s’est désolée la députée néodémocrate Anne Minh-Thu Quach.

Le gouvernement Trudeau doit déposer jeudi son projet de loi visant à légaliser et à encadrer la marijuana récréative.

Dans la même catégorie