/finance/homepage

Possible fusion entre Bombardier et Siemens

Agence QMI

Bombardier et Siemens sont en discussion pour une fusion de leurs activités ferroviaires, a rapporté Bloomberg, mardi.

Cette union, estimée à environ 10,6 milliards d’euros (15 milliards $), prendrait la forme d’une coentreprise.

Le titre de Bombardier est stimulé par cette nouvelle à la Bourse de Toronto. Ll'action de classe B s'est appréciée mardi de presque 7 % à 2,37 $. Au cours des cinq derniers jours, le titre de Bombardier a gagné plus de 15 %.

Les deux géants de la fabrication de wagons et de la signalisation ferroviaire voudraient ainsi joindre leur force pour mieux concurrencer des compagnies chinoises qui prennent de l’expansion à l’étranger et qui menacent leurs parts de marché.

Les pourparlers entre les deux multinationales ont commencé au début de l’année et pourraient se conclure vers le mois de juillet, selon des sources de Bloomberg.

La Caisse de dépôt et placement a acheté 30 % de Bombardier Transport pour 1,5 milliard $ US l’an dernier, ce qui fait que le 70 % restant de cette division ferroviaire est évalué à 5 milliards $ US. De son côté, Siemens Mobility Rail Solutions vaudrait environ 7,2 milliards d’euros (10,2 milliards $).

Une telle fusion pourrait être compliquée par les lois anti-monopole en Europe. Les syndicats pourraient aussi s’y opposer si des emplois sont menacés.

Dans la même catégorie