/news/politics

Le gouvernement a «affaibli l’économie québécoise», affirme Lisée

Agence QMI

Jean Francois Lisee

Simon Clark/Agence QMI

Le chef du Parti québécois Jean-François Lisée reproche au gouvernement Couillard d’avoir «affaibli l’économie québécoise dans toutes les régions du Québec» en donnant son aval à la vente de Rona à l’entreprise Lowe’s, en mai dernier.

Le «Journal de Québec» révélait jeudi matin, en se basant sur un sondage effectué auprès de fournisseurs de Rona, que près de 50 % d’entre eux ont subi des impacts négatifs en raison des mouvements de consolidation dans le domaine de la quincaillerie.

«Le Parti libéral a défendu la vente de ce fleuron québécois, de ce siège social stratégique, en disant qu’il n’y aurait pas d’impacts négatifs sur les fournisseurs», a dit le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, lors de son point de presse matinal, jeudi.

«La prétention de Mme Dominique Anglade et de M. Philippe Couillard que ça allait bien aller, qu’ils avaient des programmes de soutien, qu’il y aurait une bonne transition, c’est de la désinformation», a ajouté M. Lisée.

Son de cloche similaire du côté de la Coalition avenir Québec (CAQ) qui croit que les fournisseurs de Rona «envoient un signal» avec ce sondage.

«Malheureusement, le constat qu'ils font un an plus tard est exactement ce qu'on craignait», a indiqué le porte-parole de la CAQ en matière de développement économique régional, Éric Lefebvre.

Garantis

Selon le Bloc québécois, le ministre canadien du Développement économique, Navdeep Bains, aurait dû demander des garanties à Lowe’s avant de donner son feu vert à cette vente.

«Vingt pour cent de pertes, pour une entreprise, c’est dramatique», a déploré le chef parlementaire du Bloc, Xavier Barsalou-Duval.

«Le gouvernement canadien n’a pas fait son travail en n’obligeant pas légalement l’entreprise à conserver ses fournisseurs locaux ainsi que les emplois du siège social», a-t-il ajouté.

Un sondage «pas sérieux», dit Anglade

La ministre de l’Économie, Dominique Anglade, a balayé du revers de la main le sondage mené par l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction (AQMAT).

«Rona, on parle de 1 500 fournisseurs. Or le sondage qui a été effectué, ils l'ont envoyé à combien de personnes? À 180 fournisseurs. De ces 180 fournisseurs, savez-vous combien de personnes ont répondu à ce sondage? 33 fournisseurs», a-t-elle indiqué lors de la période questions, jeudi matin.

«Ce n’est pas sérieux», a-t-elle ajouté, faisant référence à l’échantillon restreint du sondage.

Toujours selon Mme Anglade, les habitudes d’approvisionnement du siège social de Lowe’s n’ont pas changé depuis la transaction.

«Quand le produit tient la route, le fournisseur québécois est favorisé», a-t-elle dit.

Dans la même catégorie