/news/society

Interdiction des pitbulls: des inquiétudes et de la frustration

TVA Nouvelles

En ciblant spécifiquement la race pitbull, le ministre Coiteux fait fausse route, estiment plusieurs organismes, vétérinaires, et propriétaires de chiens.

«On visait quelque chose de beaucoup plus large que ce que le ministre Coiteux a pu sortir comme loi, à savoir qu’il vise très particulièrement un type de chien», a déclaré Denys Pelletier, directeur général de l’Association québécoise des SPA et des SPCA.

«En fait, toute race de chien peut être dangereuse», a ajouté Richard Bousquet, vétérinaire à la Clinique vétérinaire du Vieux-Limoilou.

Le gouvernement et les municipalités risquent de se retrouver avec un problème de taille : qui acceptera d'euthanasier un pitbull qui n'a jamais causé de tort? Euthanasier un chien qui a causé la mort ou de graves blessures, c'est une chose, mais euthanasier un animal uniquement sur la base de sa race, ça ne passe pas.

«C’est certain qu’au niveau des vétérinaires, on ne se mettra pas à pratiquer des euthanasies en rapport avec la race, on ne fera pas ça», soutient M. Bousquet.

À la SPA de Québec, deux pitbulls sont justement en attente d'être adoptés. Une fois en vigueur, la loi enverrait Platon et Achille tout droit vers l'euthanasie.

«Vous comprendrez que c’est contre la mission des SPA et des SPCA, enchaîne M. Pelletier. Et on ne veut pas aller vers là. Alors peut-être que M. Coiteux va avoir beaucoup de chiens dans sa cour...»

Plusieurs craignent entre autres cette nouvelle mesure déplace le problème et que les propriétaires délinquants décident de se tourner vers d'autres races.

Les SPA comptent se faire entendre en commission parlementaire. Les défenseurs des animaux, eux, se donnent rendez-vous devant l'Assemblée nationale le 23 avril.

Dans la même catégorie