/news/society

Problèmes respiratoires et de santé mentale pour des pompiers

Un pompier sur cinq qui a combattu le gigantesque incendie de forêt qui a rasé une importante partie de la ville de Fort McMurray, en Alberta, souffre de problèmes respiratoires et dans certains cas de santé mentale, indique une étude de l'Université de l'Alberta.

Pour les besoins de l’étude, les chercheurs ont interrogé 355 sapeurs, dont 82 de Fort McMurray, qui ont lutté contre les incendies de forêt qui ont secoué la ville pendant plusieurs semaines au printemps 2016. La plupart ont été interrogés entre la mi-juin et la mi-septembre.

En plus des questionnaires, ils devaient donner des échantillons de souffle, d'urine et de sang.

Les résultats préliminaires indiquent qu'un pompier sur cinq dit avoir des problèmes respiratoires chroniques, comme de la toux, de l'essoufflement, une respiration sifflante ou de l'oppression thoracique, a rapporté mardi le «Fort McMurray Today».

«Pour beaucoup de ces problèmes de respiration, nous nous attendons à ce que ça aille mieux, mais pas nécessairement tous», a déclaré l'épidémiologiste Nicola Cherry, chercheuse principale pour l'étude.

L’étude indique aussi que les pompiers de Fort McMurray avaient plus de symptômes physiques et plus d'anxiété et de dépression que les autres.

Fort McMurray a été ravagée en mai dernier par les flammes. Environ 80 000 personnes ont dû évacuer la ville, tandis que 10 % des bâtiments de la municipalité ont été détruits par les incendies.

Au total, environ 3500 pompiers ont été nécessaires pour combattre «La Bête».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.