/news/currentevents

«Ils sont partis avec leur vie et leur jeunesse»

TVA Nouvelles

Deux personnes âgées de Sacré-Cœur, sur La Haute-Côte-Nord, ont été victimes d'un vol extrêmement traumatisant le 31 mars dernier. Leur famille s'est confiée à TVA Nouvelles dans l'espoir que les auteurs du crime soient retrouvés.

«C'est un choc pour toute la famille et on ne l'oubliera jamais», a dit Jean Dufour, leur fils.

Les victimes, un homme âgé de 85 ans et sa femme de 86 ans avaient déjà une santé fragile. Aujourd'hui, ils vivent dans la peur et sont incapables de demeurer seuls à la maison. Son père a déjà fait deux séjours à l'hôpital depuis les événements.

«Mon père et ma mère ne l'ont pas eu facile pendant leur vie, a précisé M. Dufour. Ce qu'ils ont vécu, ç’a été très difficile. Ça les a marqués et c'est triste à dire, mais ça va les faire mourir.»

Deux individus masqués se sont introduits dans la résidence du couple par la porte du sous-sol. Ils ont d'abord surpris l'homme devant son téléviseur et l'ont ligoté. Ils ont par la suite été alertés par des bruits provenant de la chambre.

«Ma mère s'est réveillée. Elle dormait. Elle s'est débattue pour sa survie en pensant qu'elle allait mourir. Ils n'ont jamais réussi à l'attacher», a relaté leur fils.

Le couple a été séquestré dans la chambre à coucher.

«Ils ont attendu de plus entendre de bruit, a expliqué M. Dufour. Mon père a réussi à se détacher. Il est allé cogner chez le locataire voisin et lui a demandé d'appeler la police.»

Les individus ont mis le logement en désordre avant de repartir avec quelques milliers de dollars et un coffre rempli de souvenirs.

Jean Dufour avait un message à leur livrer. «Ceux-là qui ont fait ça, je veux leur dire juste une chose: quand ils sont partis avec le coffre, ils sont partis avec leur vie et leur jeunesse. Ils leur ont laissé le souvenir de deux fantômes noirs et ils vont vivre le restant de leur jour avec ça.»

Il est convaincu que quelqu'un quelque part sait quelque chose qui pourrait aider les policiers à résoudre l'affaire.

«Ces personnes-là, ils vont se vanter de ça un moment donné et quand les gens sont au courant de quelque chose, mais qu'ils ne le disent pas, ils sont aussi coupables que les autres.»

Il invite la population à ne pas hésiter à communiquer avec la Sûreté du Québec.