/news/politics

Lutte à l'exploitation sexuelle: Manon Massé prône le dialogue

Agence QMI

La solidaire Manon Massé estime que l’escouade policière spéciale annoncée par Québec ne peut pas être la seule solution pour contrer l'exploitation sexuelle et privilégie un dialogue avec les organismes sur le terrain.

La députée solidaire a fait savoir samedi que l’annonce du ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, n’est «pas une nouvelle stratégie», puisque la police de Montréal prônait dès 2013 «la mise en place d'une escouade métropolitaine mixte».

«Trois ans plus tard, on nous annonce la même chose comme une nouvelle. Il y a quelque chose qui ne marche pas», a déclaré Mme Massé.

Vendredi, le ministre Coiteux a annoncé la création d’une équipe intégrée de plusieurs corps policiers pour lutter contre le proxénétisme et la traite de personne à des fins sexuelles. D’ici cinq ans, le gouvernement et les corps policiers participants investiront 12 millions$ pour contrer ce dangereux fléau.

Pour Manon Massé, députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, plus que la police, c’est la concertation qui est primordiale et incontournable dans ce dossier. «C'est une chose de rendre la structure policière plus efficiente, mais encore faut-il que le gouvernement entame un dialogue ô combien nécessaire avec les organismes qui sont sur le terrain», a-t-elle souligné.

La députée estime qu’il y a urgence d'avoir une véritable approche intégrée. «M. Coiteux ne peut pas et ne doit pas se permettre de se priver de cette expertise pourtant essentielle pour prévenir l'exploitation sexuelle, a-t-elle dit. Il n'y a toujours pas de financement pour la mise sur pied d'une structure de concertation à Montréal pour lutter contre l'exploitation sexuelle. Ça n'a pas de sens.»

Dans la même catégorie