/news/world

Un séisme politique, selon la presse étrangère

Agence France-Presse

Le premier tour de l'élection présidentielle française qui a vu se qualifier Emmanuel Macron (centre, arrivé en tête) et Marine Le Pen (extrême droite) pour le second tour le 7 mai constitue un séisme politique avec des enjeux pour toute l'Union européenne, selon la presse française et étrangère.

- France: «Big bang» ou «grand saut dans le vide» pour le quotidien économique Les Echos, «une toute nouvelle page de l'histoire de la Ve République» se tourne (L'Opinon, libéral), «la droite K.O.» absente du second tour pour la première fois de son histoire (Le Figaro, droite), Emmanuel Macron «à une marche» du pouvoir mais «vigilance» pour un second tour qui opposera la conception de «l'Europe unie» à celle de «la France seule» (Libération, gauche), «Jamais» souligne L'Humanité (communiste) en barrant une photo de Marine Le Pen.

- Grande-Bretagne: Emmanuel Macron est «le meilleur espoir d'un grand pays profondément troublé» mais «la menace posée par l'extrême droite n'est pas éteinte» (The Guardian, centre gauche), le second tour sera le «couronnement» d'Emmanuel Macron qui devra néanmoins «négocier durement» pour appliquer son programme s'il est élu (The Financial Times, quotidien des affaires), la France fait maintenant face à son propre référendum pour l'UE (The Daily Mail, conservateur), «une élite française humiliée par des marginaux en route vers la victoire» (The Times, centre droit).

- Allemagne: «la France déchirée», plus de 40% des Français ont voté pour des candidats à droite toute ou à gauche toute (Frankfurter Allgemeine Zeitung, conservateur).

- Belgique: les Français «ont fait leur révolution (...) pour mettre face à face deux personnalités hors système» (Le Soir)

- Espagne: «l'Europe a gagné» (en français), la victoire d'Emmanuel Macron est «garantie de facto» et «capitale pour toute l'Europe» (El Pais).

- Portugal: «Le Pen et Macron, la peur contre l'espérance» (Publico).

- Grèce: «la France fait face au pire choix possible» (Efimerida ton Syntakton, gauche).

- Pologne: «les Français sauvent l'UE» mais «l'Elysée est-il sauvé de l'extrême droite?»(Gazeta Wyborcza, centre gauche), «tout suggère qu'Emmanuel Macron sera président. Cela sauvera l'UE» (Rzeczpospolita, centre).

- Suède: «"ouf" de soulagement» à Bruxelles tandis que la qualification de Marine Le Pen revêt «une signification symbolique pour d'autres partis d'extrême droite et de la droite populiste dans l'Union européenne» (Dagens Nyheter)

- Norvège: «Emmanuel Macron est maintenant favori, mais ne balayez pas Marine Le Pen» (Aftenposten)

- Suisse: Emmanuel Macron peut «améliorer le sort des Français» (Le Temps)

Les Français ont «redéfini la géographie politique du pays en plaçant l'Union européenne au centre de la nouvelle opposition politique» (The Wall Street Journal), le duel du second tour «place la France sur un chemin incertain au moment critique où cette élection pourrait également décider de l'avenir de l'Union européenne».

- Australie: «un tremblement de terre politique» (The Sydney Morning Herald, centriste)

- Chine: une victoire de Marine Le Pen sonnerait pour beaucoup d'Européens «le glas de l'Union européenne» (Global Times, proche du pouvoir)

- Japon: «verra-t-on dorénavant naître en France également un gouvernement centré sur son propre pays?» (Asahi Shimbun, gauche).

Dans la même catégorie