/news/law

Agressions sexuelles dans l'armée: une dénonciation sur 3 non fondée

Une plainte d’agression sur trois a été jugée non fondée par la police militaire des Forces armées canadiennes entre 2010 et 2015. Un chiffre qui étonne même l’état-major, qui promet de faire réviser chacun des dossiers.

Une révision préliminaire du Grand Prévôt des FAC a permis d’apprendre que depuis 2010, ce sont pas moins de 166 signalements pour agression ou inconduite sexuelle qui ont été fermés avant même le début de l’enquête, car ils étaient jugés sans fondement.

C’est ce qu’on apprend dans le dernier rapport des Forces armées sur la lutte contre les comportements sexuels inappropriés, rendu public vendredi matin. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de l’opération HONOUR, lancée pour «éliminer les comportements sexuels dommageables et inappropriés au sein des forces armées».

En réponse, l’état-major et le Grand Prévôt, soit le responsable de la police militaire, comptent lancer un examen indépendant et externe de tous les cas jugés non fondés.

504 signalements

Au total, la police militaire a reçu 504 signalements pour inconduite sexuelle depuis avril 2016. Durant la même période, les FAC ont commencé le processus de renvoi - ou libération - de 117 militaires coupables d’inconduite sexuelle et en ont libéré 24 autres.

Si les FAC admettent qu’il y a eu une augmentation des dénonciations depuis l’année précédente, il est difficile de comparer, car l’organisation a commencé à comptabiliser tous les types de signalements seulement depuis le 1er janvier 2016.

Dans le rapport précédent, ils ont tout de même rapporté 115 dénonciations durant une période de six mois.

«Des signes encourageants montrent que l’opération HONOUR a une incidence positive sur la sensibilisation des membres des FAC aux comportements sexuels dommageables et inappropriés [...] Ceci a permis une hausse des signalements et de la confiance à l’égard de la chaîne de commandement, de la police militaire et du système de justice militaire», peut-on lire dans le rapport.

504 signalements pour agression OU inconduite sexuelle depuis avril 2016

Comportement sexuel inapproprié : 281

Harcèlement sexuel : 74

Inconduite sexuelle : 47

Voyeurisme : 7

Contacts sexuels : 7

Outrage à la pudeur : 6

Exploitation sexuelle : 5

Abus de pouvoir : 4

Pornographie juvénile : 3

Dans la même catégorie