/regional/montreal/montreal

Le béton, une solution pour des routes plus résistantes?

Selon les dernières données du ministère des Transports, le réseau routier au Québec se dégrade plus rapidement qu'on ne le répare. Des ingénieurs affirment pourtant que la solution pour remédier au problème existe: des routes en béton.

Actuellement, seulement 5% des routes québécoises sont en béton, pour 95% de routes en asphalte. La conduite au Québec serait-elle plus agréable, plus confortable, s'il y avait plus de routes conçues en béton?

«Oui, ça va aider au réseau routier, confirme Norman Tetrault, ingénieur civil à Soconex. Par contre, ce n'est applicable que lorsqu'on a des charges lourdes et un trafic intense.»

Une solution que propose aussi Guy Doré, directeur du département de génie civil à l’Université Laval : «Comme le volume de trafic augmente au Québec sur les routes, en général, c'est tout à fait normal de penser qu'il pourrait y avoir une augmentation du pourcentage de routes en béton.»

Avec seulement quelques tronçons d’autoroutes en béton, l'industrie du béton déplore que le ministère des Transports du Québec favorise les entrepreneurs de bitume.

Pour Guillaume Lemieux, de l’association canadienne du ciment, il faut «mettre en concurrence différentes industries, l'industrie de l'asphalte et l'industrie du béton, au niveau de la chaussée, pour offrir un réseau routier au meilleur coût et avec la meilleure performance aux contribuables québécois.»

La durée de vie d'une route en béton peut atteindre le double de l'asphalte, près de 50 ans. Mais les coûts seront de 10 à 40% plus élevés.

«Des chaussées de béton qui ont été faites au début des années 1990, au Québec, il y en a plusieurs qui n'ont encore eu aucun entretien.»

Le béton, plus rigide, est sensible aux écarts de température et pourrait se casser en période de gel-dégel. D'où l'importance de l'utiliser à des endroits stratégiques : «Dans la région de Montréal, c'est des conditions qu'on retrouve assez fréquemment, des sols uniformes et des sols qui gèlent un peu moins.»

Dans la même catégorie