/news/currentevents

Des précipitations qui inquiètent en Mauricie

Les précipitations tombées lundi et celles qui sont attendues mardi sur le sud du Québec risquent d’empirer la situation en Mauricie, où des rivières ont déjà débordé, une situation qui n’avait pas été vue depuis 40 ans.

Selon Environnement Canada, on attend entre 30 et 50 millimètres de pluie sur Shawinigan pour la journée de lundi et la nuit.

Lundi matin, la rivière Saint-Maurice était sortie de son lit et avait recouvert une partie de l’avenue du Beaurivage à Shawinigan, dans le secteur Grand-Mère, ainsi que les terrains de riverains.

«On est correct. Mais d’après [les autorités], on va être correct jusqu’à mardi ou mercredi, témoigne un résident du secteur. Après l’eau d’en haut, elle va être rendue ici. Et là, ils nous ont avertis, on va être inondé.»

Le résident est pragmatique et sait qu’il n’y a pas grand-chose à faire à ce stade. «On enlève tout ce qu'on a dans le sous-sol, ce qu'on peut sortir, mais la balance, il n'y a plus rien à faire», ajoute-t-il.

Le maire de Shawinigan affirme qu'il s'agit d'un événement rare et que «toutes les conditions ont été réunies pour se retrouver dans cette situation».

«Une bonne quarantaine d'années qu'on n'a pas vu une crue aussi importante que celle-là. Évidemment, la plus grande quantité de neige tombée cette année comparativement aux autres années et la fonte des neiges qui s'est faite en même temps qu'un mois d'avril extrêmement pluvieux», de dire le maire de Shawinigan Michel Angers.

Des camions de la municipalité ont été envoyés sur les lieux: ils font la navette entre le secteur «sec» et la vingtaine de résidences dans la zone inondée. Des sacs de sable ont aussi été fournis aux riverains.

Une rencontre pour expliquer le plan d'urgence aux citoyens s'est également déroulée en soirée. Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, doit également se rendre sur les lieux mardi.

Le pire à venir

Et la situation risque d’empirer.

«On sait qu’il y a toujours un délai avant que l’eau se retrouve dans le Saint-Maurice, comme c’est le cas présentement, souligne le responsable de la Sécurité publique pour la Mauricie, Sébastien Doire. On observe la situation de très près. On a des patrouilleurs sur la route, on a les gens du ministère des Transports et les municipalités.»

En Mauricie, les résidents d’autres secteurs sont aussi sur le qui-vive, en attendant que les autorités leur ordonnent de plier bagage.

La rivière Croche est sortie de son lit en fin de semaine, et dans le secteur de La Tuque, la route forestière 25 a été coupée par la crue des eaux qui a emporté une partie du chemin.

À Sainte-Anne-de-la-Pérade, en bordure du fleuve Saint-Laurent, plus de 150 résidences ont été entourées d’eau vendredi.

Bonne nouvelle pour les riverains alors que le barrage Gouin a été fermé. On s'attend donc à ce que le niveau du Saint-Maurice baisse dans les prochaines heures. Toutefois, il y a une centaine de petits cours d'eau qui se jettent dans le Saint-Maurice et les autorités ne peuvent rien y faire.

Un lien routier coupé?

Le ministère des Transports pourrait décider à tout moment de fermer la route 155, qui pourrait être recouverte par les eaux de la rivière Saint-Maurice à certains endroits. Il s’agit du seul lien routier entre la Mauricie et La Tuque.

On peut toutefois accéder à la municipalité via le Saguenay, un détour important pour les voyageurs arrivant du sud de la province.

Les rangs Est et Ouest, dans la communauté de La Croche, sont inondés, tout comme la rue Bourassa, à La Tuque.

À Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Saint-Étienne-des-Grès et Saint-Boniface, plusieurs rues sont sous surveillance parce que l’eau a commencé à monter, explique M. Doire.

«Ce serait faux de penser que la situation va s’améliorer, prévoit-il. On devrait avoir des pics mercredi. »

Dans la même catégorie