/news/politics

Troisième lien : Labeaume se questionne sur l'impact sur la circulation

Stéphanie Martin | Journal de Québec

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Le maire de Québec Régis Labeaume veut que le bureau de projet du troisième lien serve à faire la lumière objectivement sur l’impact réel qu’aurait une telle infrastructure sur le trafic à Québec, en particulier sur l’autoroute Félix-Leclerc.

Appelé à commenter le reportage publié lundi dans le «Journal de Québec» et qui rapporte l’avis de nombreux experts qui affirment que le troisième lien ne règlera en rien le problème de congestion à Québec, le maire de Québec a affirmé qu’il faut étudier objectivement la question pour avoir des réponses «sensées, concrètes, intelligentes, documentées».

Le bureau de projet ne doit pas seulement étudier la faisabilité technique du projet, dit-il, mais aussi son impact sur la circulation dans la région, selon lui. «Il faut que ça fasse ça aussi, sinon, je ne sais pas à quoi ça sert.»

À cet effet, le maire de Québec a rencontré le ministre des Transports, Laurent Lessard, il y a deux semaines. Il lui a fait part de ses demandes. «Il faut travailler de façon honnête et objective. De mon point de vue à moi, comme maire de Québec, les seuls arguments qui vont peser, c’est les avantages et les inconvénients pour les gens de Québec. Uniquement.»

Le maire estime que le gouvernement a bien fait d’injecter 20,5 millions$ dans un bureau de projet, mais il s’attend en retour à des informations claires. «Il faudra donner des réponses. Moi, je pense que ça vaut la peine de faire l’exercice, pour que ça soit très clair pour tout le monde. Pourquoi ne pas vider la question? Ça vaut la peine.»

Il se questionne entre autres sur la masse de véhicules qui aboutiront sur l’autoroute Félix-Leclerc, advenant qu’un troisième lien soit construit dans l’est. «Quand j’ai rencontré le ministre, j’ai demandé quel serait l’impact d’un troisième lien à l’est sur la circulation est-ouest sur Félix-Leclerc. Les bouchons vont le matin jusqu’à Seigneuriale. Ça serait quoi l’impact de quelques milliers de voitures de plus? C’est des questions auxquelles il faut répondre.»

Il note en passant qu’il n’y a pas de problème en direction sud le matin sur les ponts. «Ça n’existe pas.»

Le maire réitère en parallèle qu’il est pour lui essentiel de doter Québec d’un système de transport en commun «structurant et d’envergure».

Dans la même catégorie