/news/politics

Justin Trudeau prend parti pour Emmanuel Macron

Agence QMI

Justin Trudeau, qui a toujours refusé de se mouiller durant la présidentielle américaine, ne s’est pas gêné, mercredi, pour prendre parti dans l'élection française.

Les Français se rendront aux urnes dimanche pour choisir un nouveau président.

Un profond gouffre sépare les deux candidats en lice au second tour, soit le centriste Emmanuel Macron et Marine Le Pen, de l’extrême droite.

Cette dernière promet de limiter l’immigration, sortir la France de l’Union européenne et déchirer des traités commerciaux, notamment celui avec le Canada.

De passage à Ottawa mardi, le nouvel envoyé spécial du gouvernement en Europe, Stéphane Dion, a clairement indiqué sa préférence pour le favori Emmanuel Macron, un ex-banquier de 39 ans pro-européen.

Questionné à savoir s’il appuyait les propos du diplomate, Justin Trudeau a répondu par l’affirmative, à mots à peine couverts.

«C’est sûr que je cherche toujours une politique qui rassemble les gens. C’est ce sur quoi j’ai fait campagne. Je cherche toujours des gens qui peuvent rassembler plutôt que de diviser», a-t-il affirmé, sans toutefois nommer directement Emmanuel Macron.

En préférant M. Macron, Justin Trudeau rompt avec la discipline qu’il s’est imposée durant les présidentielles américaines.

Le premier ministre, contrairement à de nombreux chefs étrangers, a soigneusement évité, durant la campagne, de condamner les propos sexistes de Donald Trump.

Sa conjointe, Sophie Grégoire Trudeau, n’avait pas eu cette attention, alors qu’elle s’était dite «chamboulée» par les allégations d’agressions sexuelles visant le candidat républicain devenu président.

Dans la même catégorie