/finance

Torstar planifie l’abolition de 110 postes

Agence QMI

Torstar, notamment propriétaire du Toronto Star, prévoit abolir 110 postes en raison d’une baisse de revenus qui s’est poursuivie au premier trimestre de l’année.

L’entreprise médiatique torontoise, qui possède les journaux anglophones gratuits «Metro», des journaux locaux ontariens, le site web Workopolis et plusieurs autres sites internet, n’a cependant pas précisé quelle division serait touchée par ces compressions qui devraient permettre d’économiser 5,3 millions$ annuellement.

Torstar a enregistré des pertes de 24,4 millions$ (30 cents par action) pour les trois premiers mois de l’année, ce qui est moins que les 53,5 millions$ (66 cents par action) perdus à la même période en 2016.

«Nous avons profité de nos efforts pour réduire les coûts qui contrebalancent les défis de l’environnement des revenus publicitaires», a dit John Boynton, président et chef de la direction de Torstar.

Les revenus ont également diminué de 10% par rapport à la même période l’an dernier, soit 18,1 millions$ de moins.

La tablette sous la sellette

Torstar devra se pencher sur l’avenir de l’édition pour les tablettes numériques du «Toronto Star», basée sur la plateforme développée par le journal «La Presse». L’ancien président David Holland avait dit en mars que son successeur devrait y «songer sérieusement».

L’édition «Star Touch» n’arrive pas à rejoindre de nouveaux clients. Les données les plus récentes font état d’un lectorat quotidien plafonnant à 60 000 lecteurs, loin de l’objectif de rendement établi à 100 000 lecteurs rejoints quotidiennement.

De plus, la compagnie doit y investir de 2 à 4 millions$ cette année.

Après avoir investi 25 millions$ dans l’application numérique «Star Touch», le «Toronto Star» a pourtant dû réinjecter 11 millions$ en 2016 pour maintenir le bateau à flot.

«Le volume ne progresse pas du tout. Le temps passé sur la tablette et l’engagement des consommateurs sont forts, mais il n’y a rien à rapporter en termes de croissance d’abonnés. Nous sommes en mode révision», a dit mercredi John Boynton dans une conférence téléphonique à laquelle assistait le «Globe and Mail».

Celui qui vient de prendre les rênes de la compagnie a aussi mentionné que Torstar «ne tournera pas les coins ronds» et que des «décisions significatives» seront prises concernant les avoirs de l’entreprise et les consommateurs qu’elle veut rejoindre.

Dans la même catégorie