/news/politics

L’indépendance de l’UPAC remise en doute

 - Agence QMI

Le grand patron de l’UPAC est attendu de pied ferme à l’Assemblée nationale jeudi matin où les partis d’opposition souhaitent le questionner sur son indépendance face au gouvernement.

«Nous recherchons la vérité, et quant à l'UPAC, de façon générale, quant à son fonctionnement, quant à sa capacité de mener à terme des enquêtes et surtout quant à son indépendance», a déclaré jeudi matin le porte-parole du PQ en matière de sécurité publique, Pascal Bérubé.

Le commissaire de l’UPAC, Robert Lafrenière, sera présent à Québec jeudi pour participer à l’étude des crédits du ministère de la Sécurité publique.

«Monsieur Lafrenière a été nommé par le gouvernement de monsieur Charest, a été renommé par le gouvernement de monsieur Couillard, a-t-il ajouté. Ils sont les seuls à choisir le patron et une des questions qui va se poser : qui est le patron de monsieur Lafrenière? À qui se rapporte-t-il? Et ce n'est pas clair pour tout le monde.»

Ses propos ont trouvé écho chez son vis-à-vis de la CAQ, André Spénard. «C’est une question qu’on se pose : est-ce que [Robert Lafrenière] a une totale indépendance, étant donné qu’il a été nommé par le gouvernement seulement?», a-t-il demandé.

Les partis d’opposition souhaitent que le patron de l’UPAC soit nommé par un vote aux deux tiers de l’Assemblée nationale, plutôt que par le gouvernement, comme c’est le cas présentement.

La CAQ s’inquiète également des fuites de documents liés à des enquêtes policières. «Les fuites, ça doit provenir de l’intérieur, dit-il. Et si ça provient de l’intérieur : pourquoi ça provient de l’intérieur? Est-ce qu’il y a quelqu’un qui bloque les enquêtes?»

«Tout corps policier se doit de prévenir les fuites avant la fin de l’enquête», estime André Spénard.

Pour sa part, le député solidaire Amir Khadir rappelle que 70% des Québécois estiment que les élus bénéficient d’un traitement de faveur en matière d’enquêtes criminelles, comme le révélait un sondage Léger réalisé pour le compte de TVA Nouvelles.

«C’est le travail de monsieur Lafrenière qui doit être scruté, examiné, questionné, a-t-il affirmé. Comme je l’ai dit hier, ma confiance, comme la confiance d’une bonne partie de la population, est sérieusement ébranlée.»

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.