/news/world

Les Français de Montréal votent pour le second tour

Thibauld Malterre | Agence France-Presse

Le coup d'envoi du vote en vue du second tour de l’élection présidentielle française qui se tient dimanche a été donné samedi dans les territoires d'outre-mer et pour les 1,3 million de Français résidant à l'étranger.

Suivez notre émission spéciale sur la présidentielle française dimanche dès 12h30 à LCN

Devant le Collège Stanislas de Montréal, où 24 bureaux ont été installés, les premiers votants se pressaient déjà en matinée une heure avant l'ouverture. Rapidement, une queue serpentant sur 2 km s'est formée à l'extérieur où les électeurs patientaient sous les averses. Selon certains votants sur place, l'organisation ne s'est pas améliorée depuis le premier tour: certaines personnes attendaient déjà depuis deux heures.

 

Interrogés par TVA Nouvelles, les votants racontent leur long périple pour atteindre les urnes. «Je suis venu de Longueuil à vélo et j'ai mis 3h30 à faire la file. C'est la première fois que je cours de si loin après une blonde pour lui dire non!», s'amuse un Français.

La circonscription française de Montréal compte près de 57 000 électeurs inscrits.

À Québec, les Français inscrits pouvaient voter au Collège Stanislas (de Québec) et ceux vivant dans la région d’Ottawa-Gatineau, à l’ambassade de France à Ottawa. D’autres bureaux de vote étaient ouverts samedi à Moncton, Toronto et Vancouver.

Dans les derniers sondages publiés vendredi, avant la clôture de la campagne officielle, Emmanuel Macron était encore largement en tête, avec 61,5 à 63 % des voix, contre 37 à 38,5 % pour Marine Le Pen.

Vendredi, selon un sondage réalisé pour les médias français BFMTV et «L'Express», la participation potentielle restait cependant relativement faible: seuls 68 % des sondés se disaient «tout à fait certains» d'aller voter.

Dimanche, les deux candidats voteront dans le nord de la France, M. Macron dans la station balnéaire du Touquet et Mme Le Pen dans son fief ouvrier d'Hénin-Beaumont.

Les mesures de sécurité seront renforcées autour des bureaux de vote, et plus de 50 000 policiers, gendarmes et militaires seront mobilisés.

Dans la même catégorie