/news/society

Inondations: encore plus de militaires déployés

Agence QMI

L’armée canadienne a annoncé, dimanche matin, que le nombre de militaires sera augmenté pour venir en aide aux sinistrés des inondations.

«On a vu qu’il y avait des besoins, on va doubler l’effectif. On est toujours en phase d’évaluation. Actuellement les militaires sur place remplissent des sacs de sable, solidifient des digues», a expliqué le lieutenant-colonel Pascal Larose, au cours d’un point de presse.

Selon, Eric Houde, porte-parole de la Sécurité civile du Québec, l’augmentation des militaires est nécessaire : «Si l’eau continue de monter, les besoins augmentent et les taches aussi. On a vu l’essoufflement de la population et des autorités municipales. On doit grossir la force pour aider les citoyens.»

Le bilan dimanche matin s’élevait à 1800 résidences inondées, plus de 1000 personnes évacuées et 126 municipalités confrontées aux inondations.

Et la situation ne semble pas s’améliorer: «Carillon est en hausse, le lac des Deux Montagnes est en hausse, la rivière des Prairies est en hausse, les Milles Îles, on s’enligne vers des niveaux historiques. Le lac Saint-Louis est en équilibre. Certains secteurs vont atteindre un sommet lundi et d’autres, mercredi», a indiqué Éric Houde.

La région de la Gaspésie, où les rivières sont en train de monter, est aussi sous surveillance. Tout comme la Baie-Saint-Paul, où une résidence a dû être évacuée en raison d’un glissement de terrain.

«On approche un seuil historique dans la région de Montréal pour les inondations, mais on atteint aussi des records au Québec en termes de glissements de terrain. On approche la centaine de glissements de terrain.»

Autres secteurs

Pour les inondations, les secteurs de l’Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière sont également à surveiller.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a décidé samedi de demander l’intervention de l’armée pour venir en aide aux sinistrés touchés par les inondations dans la métropole. Il a également encouragé les citoyens toujours aux prises avec les inondations, et tout particulièrement ceux situés sur l’île Mercier, à évacuer leurs résidences.

Tout comme des agents de la police de Montréal, sur les lieux dimanche, qui recommandent aux résidents de quitter leurs domiciles.

Un point de vue qui est partagé par Éric Houde, de la Sécurité civile.

«Au niveau légal, explique-t-il, c’est sûr qu’il y a des moyens pour forcer les gens à sortir. Au niveau du gouvernement du Québec et des municipalités, on ne veut pas forcer les gens. Il faut vraiment s’assurer que quand les autorités municipales disent que le point de rupture est atteint, il faut vraiment sortir. Les policiers vont s’assurer qu’il n’y ait pas de pillage. On n’a eu aucune demande d’assistance policière pour du pillage jusqu’à maintenant.»

Les chiffres

400 soldats entre Gatineau et Rigaud

550 soldats dans la grande région de Montréal et de Laval

75 soldats en Mauricie et dans le Centre-du-Québec

200 soldats sur la Rive-Sud de Montréal