/regional/montreal/montreal

État d'urgence décrété à Montréal pour au moins 48h

Agence QMI

Après avoir demandé le soutien de l’armée, samedi, le maire de Montréal, Denis Coderre, décrète l’état d’urgence ce dimanche pour faire face aux inondations historiques qui sévissent dans certaines parties de la ville.

L'état d'urgence sera d'abord d'une durée de 48 heures et pourrait être prolongé par la suite.

«Je décrète cet état d’urgence. Nous regarderons la situation mardi lors du conseil d’agglomération, soit pour faire un bilan, soit pour le prolonger de cinq jours», a expliqué le maire Coderre lors d'une conférence de presse en début d'après-midi à l'hôtel de ville.

La mesure donne des pouvoirs supplémentaires à l’administration municipale, tel que d’ordonner des évacuations de résidents sinistrés.

«Je demande la collaboration de tous les résidents touchés par les inondations afin de respecter les recommandations et décisions actuelles et à venir», a indiqué le maire, adressant du coup un message direct à certains citoyens. «J’exhorte les citoyens de l’Île Mercier et autres résidents dont la sécurité ne peut plus être assurée par les services d’urgence, de respecter les ordres d’évacuation.»

Avec l’état d’urgence, Montréal ne sera, en outre, pas limitée quant à l’argent disponible pour assurer la sécurité des résidents.

L’état d’urgence s’applique à l’ensemble de l’agglomération de Montréal, mais principalement aux secteurs les plus touchés par la crue des eaux – trois arrondissements et deux municipalités de l’agglomération -, soit Ahuntsic-Cartierville, Pierrefonds-Roxboro, L’île-Bizard-Sainte-Geneviève, la municipalité de Sainte-Anne-de-Bellevue et le village de Senneville.

La Ville de Montréal a souligné dimanche dans un communiqué que «les conditions météorologiques actuelles et prévisionnelles laissent entrevoir que la situation ne sera pas de courte durée et qu’elle s’échelonnera sur plusieurs jours». «Selon Environnement Canada, il est prévu que le niveau de la rivière des Prairies montera de 20 cm d’ici la nuit prochaine, ce qui aura pour effet d’affaiblir les digues, les murets et les barrages d’eau installés aux endroits névralgiques pour freiner l’infiltration d’eau.»

Selon le dernier bilan, il y avait un total de 180 résidences, dimanche, qui avaient été évacuées sur le territoire montréalais.

Trois digues ont cédé tôt dimanche matin. Les pompiers de Montréal s'affairaient à les reconstruire au cours de la journée. Plus de 100 pompiers étaient à l'œuvre.

Dans la même catégorie