/news/currentevents

Les barrages ne sont pas en cause, assure Hydro-Québec

TVA Nouvelles

Les barrages et les centrales ne contribuent pas à empirer les inondations qui sévissent en ce moment à plusieurs endroits dans la province, assure un expert d’Hydro-Québec.

Écoutez l’entrevue complète avec M. Poulin ci-haut

Plusieurs citoyens des zones inondées ont la perception que l’ouverture des vannes des barrages contribue à faire augmenter le niveau de l’eau et empire la situation, déjà difficile pour les sinistrés. Ils sont nombreux à avoir avancé cette hypothèse sur la page Facebook de TVA Nouvelles

Bernard Poulin, vice-président, exploitation des équipements de production chez Hydro-Québec, assure que ce n’est pas le cas.

«Nos installations permettent de moduler à l’intérieur de certaines limites, cette quantité d’eau qui descend. Si on avait une réaction immédiate au phénomène qu’on a plus au nord, c’est beaucoup plus d’eau qu’on verrait passer.»

L’expert d’Hydro-Québec dit toutefois comprendre les gens qui voient la situation à Pointe-Fortune, en aval de Carillon, et qui s’inquiètent des torrents d’eau déversés par les vannes du barrage. Toutefois, il est impossible d’empêcher cette eau de s’écouler.

«Ça a l’air grand, comme plan d’eau, mais ce n’est pas un gros réservoir, précise M. Poulin. Si on fermait les portes, ça se remplirait extrêmement rapidement. Il faudrait les rouvrir assez rapidement aussi.»

Plus au nord, on retrouve d’autres barrages, entre autres celui du réservoir Baskatong, qui peuvent ouvrir et fermer leurs vannes. Avant chaque hiver, la société d’État vidange complètement les réservoirs pour qu’à l’arrivée de la crue, ils soient prêts à accueillir les eaux.

«Ce sont des réservoirs qui sont à haut niveau présentement, mais on a encore de la marge», soulève M. Poulin. Pour le moment, ils ne sont pas obligés d’augmenter les débits qui s’écoulent, selon les prévisions météos actuelles.

«Les sols dans nos bassins versants sont gorgés d’eau, explique-t-il. Un millimètre de plus ou de moins, ça a un effet très rapide. La météo est très importante pour l’avenir et on la suit de très près.»

Mince consolation pour les gens se trouvant dans le bassin versant du barrage Carillon, le scénario de débit est à la baisse. En ce moment, le débit serait à son maximum et devrait redescendre.

Dans la même catégorie