/news/currentevents

Une centaine de glissements de terrain au Québec

TVA Nouvelles

Les importantes précipitations et la crue des eaux causent de sérieux problèmes un peu partout au Québec. Inondations historiques et nombreux glissements de terrain placent les autorités sur un pied d’alerte.

Voici quelques indications sur l’état de la situation à l’échelle de la province, avec Éric Houde, porte-parole de la Sécurité civile du Québec.

Q : Quel est le bilan de la situation en matinée, dimanche concernant les inondations?

R : On parle de 1800 résidences inondées, au-dessus de 1000 personnes évacuées, et 126 municipalités présentement confrontées aux inondations.

Q : La situation se détériore depuis samedi?

R : On parle de montée d’eau : Carillon est en hausse, le lac des Deux Montagnes est en hausse, la rivière des Prairies est en hausse, les Milles Îles, on s’enligne vers des niveaux historiques. Le lac Saint-Louis est en équilibre. Certains secteurs vont atteindre un sommet lundi et d’autres mercredi.

Q : Quelles sont les régions à surveiller?

R : La région de la Gaspésie où nos rivières sont en train de monter, à Baie-Saint-Paul il y a eu une évacuation d’une résidence en raison d’un glissement de terrain. On approche un seuil historique dans la région de Montréal pour les inondations, mais on atteint aussi des records au Québec en termes de glissements de terrain. On approche la centaine de glissements de terrain.

Pour les inondations on parle des secteurs de l’Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière. On a eu un appel de la Ville de Montréal en urgence pour obtenir de l’aide des militaires.

Les demandes rentrent dans nos quatre centres de coordination que nous avons au Québec. On est en train de mettre en place une structure qui va être là pour quand même plusieurs jours, et probablement des semaines.

Q : Pouvez-vous forcer les gens à évacuer leur résidence?

R : Au niveau légal c’est sûr qu’il y a des moyens pour forcer les gens à sortir. Au niveau du gouvernement du Québec et des municipalités, on ne veut pas forcer les gens. Vos biens seront protégés, mais à un moment il y aura un point de rupture. Il faut vraiment s’assurer que quand les autorités municipales disent que le point de rupture est atteint, il faut vraiment sortir. Les policiers vont s’assurer qu’il n’y ait pas de pillage.

On n’a eu aucune demande d’assistance policière pour du pillage jusqu’à maintenant.

Dans la même catégorie