/news/politics

«Il y a un peu d’espoir», dit Martin Coiteux

Agence QMI

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a souligné lundi matin qu’il y a une embellie à l’horizon pour les sinistrés des inondations au Québec.

«Il y a un peu d’espoir et c’est important de le dire», a fait valoir le ministre Coiteux lors d’un point de presse sur le niveau des eaux. «On s’attendait à ce que le niveau maximum soit atteint aujourd’hui et au plus tard mercredi», a poursuivi M. Coiteux, en confirmant que l’eau ne montera presque plus.

«À partir de mercredi, on va commencer à sentir une amélioration graduelle de la situation», a aussi souligné le ministre, en indiquant toutefois qu’il faudra longtemps avant que tout ne revienne à la normale.

Selon le plus récent bilan gouvernemental diffusé lundi soir, 2733 résidences sont touchées par les inondations dans 171 villes et municipalités. Au total, 1940 personnes ont été évacuées et 486 routes sont touchées par la crue des eaux.

«On travaille d’arrache-pied pour éviter qu’il y ait des victimes ou des décès. Malheureusement, hier, dans le secteur de Sainte-Anne-des-Monts, il y a eu un incident tragique», a déploré M. Coiteux, en faisait référence à la disparition d’un homme et d’un bambin de deux ans, emportés par les flots. Tous deux étaient toujours activement recherchés lundi matin.

Afin d’aider les autorités civiles, l’armée a annoncé un nouveau déploiement de militaires, au-delà des 1200 précédemment annoncés. «J’ai ordonné un déploiement de 100 personnes supplémentaires cette nuit et d’ici la fin de la journée, il y aura 1650 personnes en appui direct à la Sécurité civile dans le cadre de toutes les opérations que l’on nous demande d’accomplir», a soutenu Hercule Gosselin, brigadier général de la 2e division des Forces armées canadiennes.

«Nous allons renforcer le corridor des opérations entre Rigaud et Gatineau et nous avons déjà renforcé la région de Montréal et Laval», a ajouté M. Gosselin.

Les barrages hydroélectriques aident à contenir la crue des eaux

Critiqués par certains qui croient qu’ils pourraient être utilisés pour retenir plus d’eau, les barrages d’Hydro-Québec aident à contenir la crue des eaux, a fait valoir le ministre de l’Environnement, David Heurtel.

Selon lui, les neuf barrages du bassin versant de la rivière des Outaouais permettent de retenir 2500 mètres cubes d’eau par seconde. «Si on ne faisait pas ce que l’on fait présentement, on aurait un niveau du lac des Deux-Montagnes qui seraient 50 centimètres plus élevés», a expliqué le ministre Heurtel.

«On voit tranquillement, trop tranquillement que le débit a commencé à ralentir», a précisé le ministre de l’Environnement.

La Croix-Rouge invite les Québécois à être généreux avec les sinistrés. Les dons peuvent être faits sur le site web de la Croix-Rouge ou par téléphone au 1(800) 418-1111.

Dans la même catégorie