/regional/quebec/quebec

Risque de séquelles psychologiques pour les sinistrés

Danny Côté | TVA Nouvelles

Les inondations ravivent de douloureux souvenirs dans la région de Québec, notamment pour les anciens sinistrés de la rivière Lorette, qui a causé des inondations en 2013.

Encore aujourd'hui, c'est difficile pour eux psychologiquement: ils souffrent du syndrome post-traumatique. Ils souhaitent que les gens touchés reçoivent de l'aide le plus tôt possible.

«À toutes les fois qu'il pleut, dans le jour, je vais voir la rivière. La nuit, je ne dors pas», affirme Richard Thibodeau.

L'inquiétude ronge toujours ce résident de l'Ancienne-Lorette, quatre ans après les inondations. Car en voyant ce que vivent les sinistrés aujourd'hui, la douleur refait surface.

«C'est épouvantable! Les gens ont de l'aide aujourd'hui, mais quand l'armée, le gouvernement va se retirer, c'est là qu'on est seul.»

«Hier mon épouse me disait arrête d'écouter les nouvelles. Je suis encore épuisée à les voir», ajoute-t-il.

Difficile de remonter la pente lorsque votre propriété est lourdement touchée. La famille Thibodeau a dû encaisser des pertes de près de 65 000 dollars en travaux sur la maison.

L'aide psychologique a été nécessaire pour plusieurs résidents.

Murielle Bergeron vit elle aussi encore dans l'angoisse: «Quand on vit une catastrophe de même, on n'oublie jamais ça de toute notre vie.»

Elle exhorte les autorités en santé d'être présentes pour les sinistrés.

«Soignez ces gens-là parce qu'ils sont sur un stress. Sur le moment ça ne paraît pas, mais tantôt lorsque l'adrénaline va tomber, vous allez voir, y’en a des gens qui vont tomber», ajoute Madame Bergeron.

Dans la même catégorie