/news/currentevents

Un bon Samaritain se fait arrêter en direct

TVA Nouvelles

Un citoyen qui voulait aider les sinistrés s'est fait menotter par les policiers du Service de police de la Ville de Montréal.

La situation s'est produite en début d'après-midi alors que notre journaliste voulait aller préparer des sacs de sable avec le citoyen, Alain Furlano. Toutefois, lorsqu'il a été intercepté par les agents, la situation s'est rapidement envenimée.

Au début de l'intervention, M. Furlano se trouvait dans une remorque et sortait des sacs de sable. «Je veux aider les citoyens qui ont besoin. La Ville, les policiers nous empêchent», a-t-il dit.

Les policiers qui craignaient pour sa sécurité lui ont ordonné de se calmer. «On vous empêche de faire ce que vous étiez en train de faire pour une question de sécurité», a expliqué un des policiers.

L'agent a expliqué au bon Samaritain qu'il ne voulait pas le laisser se rendre près de la digue. Le citoyen exige alors des policiers qu'ils lui remettent les clés de sa camionnette, mais les agents procèdent plutôt à son arrestation.

Devant la non-collaboration du citoyen, les policiers ont dû le menotter et ensuite le conduire au poste de quartier.

On l'a empêché de faire parce qu'on craint que sa digue fasse dériver le courant vers le chemin de fer et vienne affaiblir la voie ferrée, a indiqué le SPVM, qui lui avait servi plusieurs avertissements. Alain Furlano sera accusé d'entrave.

Il semble que ce soit une première depuis le début des inondations alors que les sinistrés sont épuisés par toute cette situation.

Des gens rencontrés sur place déplorent la situation. Ils affirment qu'ils auraient eu besoin de ce sable il y a trois jours. Lorsque l'eau a commencé à monter, certains se sont fait répondre qu'ils n'étaient pas prioritaires.

«Je suis ici depuis trois jours et j'encaisse la frustration des résidents qui veulent contribuer, qui veulent faire quelque chose pour essayer de préserver ce qui leur reste de maison, ce qui reste de la rue», affirme Justine McIntyre, conseillère d'arrondissement.

Le maire est conscient qu'il y a de la tension, mais n'a pas de reproches à faire. «Les gens n'ont pas été laissés à eux-mêmes et ça, je pense que c'est important de le mentionner», a déclaré le maire Denis Coderre.

La Croix-Rouge invite les Québécois à être généreux avec les sinistrés. Les dons peuvent être faits sur le site web de la Croix-Rouge ou par téléphone au 1(800) 418-1111.