/news/society

Le montant alloué par le programme d'aide pourrait être bonifié, dit Couillard

Nicolas Lachance | Le Journal de Québec

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard a laissé entendre que le montant alloué par le programme d’aide aux sinistrés pourrait être bonifié pour les victimes des inondations.

«Il y a actuellement un processus de révision en cours, mais ne nous méprenons pas, il y aura toujours une limite. Par définition, il doit toujours y avoir une limite», a mentionné le premier ministre lors d’une courte mêlée de presse mercredi matin.

Soulignant qu'il avait «constaté la détresse des gens» sur le terrain, il a dit croire que l’angoisse des personnes touchées augmenterait dans les prochains jours.

«On va arriver [au] moment du retour à la maison [...] Paradoxalement, c’est là que l’inquiétude va augmenter et qu’on va constater les dégâts», a indiqué M. Couillard.

Croix-Rouge Le premier ministre a également voulu rappeler à la population l’importance de donner à la Croix-Rouge afin d’aider les sinistrés, un geste qui, selon lui, pourrait aider à compenser les lacunes des programmes gouvernementaux. «C’est pour aider le monde à retourner à la maison.

Ce n’est pas pour les opérations actuelles de la Croix-Rouge, c’est pour aider les gens à retourner à la maison, avec du linge, des meubles. Combler, justement, certaines zones des programmes gouvernementaux qui ne seraient pas suffisantes.

Moi, je l’ai fait, et tout le monde doit le faire, je crois, à la hauteur de ses possibilités», a-t-il indiqué. Pressions de l'opposition Affirmant savoir «que les programmes gouvernementaux ne couvriront pas la totalité des pertes», le chef de l’opposition, Jean-François Lisée, souhaite que le gouvernement réfléchisse à la possibilité d’augmenter l’aide financière aux sinistrés des crues printanières.

«On devra voir, comme la dernière fois à Richelieu, où le premier décret disait que les pertes seraient couvertes jusqu'à 100 000 $. Le gouvernement a vu que ce n'était pas suffisant, l'a relevé dans un deuxième décret à 150 000 $ et, là, il faudra se poser la question, pendant les semaines qui viennent: est-ce que ce plafond [...] est opportun ou est-ce qu'il faut le rediscuter?» a mentionné M. Lisée.