/regional/montreal/montreal

Des digues permanentes à Montréal?

Agence QMI 

De passage à Pierrefonds, le maire de Montréal a évoqué la possibilité que la métropole se dote de digues permanentes tout comme la Louisiane, à la suite du passage de l’ouragan Katrina, en 2005.

«Un peu comme à La Nouvelle-Orléans, il faut étudier la possibilité d'avoir des digues permanentes», a lancé Denis Coderre, vendredi.

Le maire de Montréal a dit que des «discussions très sérieuses» doivent avoir lieu sur cette question.

Denis Coderre a également mentionné qu’il demandera au fédéral d’avoir des membres des Forces armées canadiennes plus longtemps à Montréal.

«On va se faire un beach party, a-t-il dit en farce en parlant d'une grande corvée de nettoyage qu'il prévoit organiser. Qu’est-ce qu’on va faire avec ce sable-là et tous les sacs? Il faut les vider et il y en a qui sont contaminés», a déclaré le maire de Montréal.

Denis Coderre croit que le retrait des sacs de sable pourrait prendre «quelques jours».

Réintégration des sinistrés

Le maire et le directeur du Service incendie de Montréal (SIM) et coordonnateur de la sécurité civile, Bruno Lachance, ont par ailleurs annoncé, vendredi, que certains résidents évacués pourraient retourner chez eux en raison d’une baisse du niveau de l’eau dans les zones inondées.

«Le retour à la maison sera subordonné au respect des deux conditions suivantes: une inspection préalable des lieux par les pompiers spécialisés en sécurité ainsi qu’une remise individualisée des consignes de sécurité aux résidents», peut-on lire dans un communiqué conjoint du maire et de M. Lachance.

Bruno Lachance a tenu à rappeler aux sinistrés l’importance d’être extrêmement prudents lorsqu’ils vont réintégrer leur résidence.

«Chaque maison a été touchée de façon différente et les risques sont différents», a-t-il dit.

Les sinistrés sont priés d’appeler le 311 avant de retourner dans leur résidence, afin que des pompiers puissent se déplacer rapidement vers les résidences inondées afin de s’assurer de l’absence de risque.

«Un sinistré qui réintègrerait son domicile sans respecter les conditions préalables s’expose à divers risques (ex. : électrocution, électrisation, mauvaise qualité de l’eau si celle-ci provient d’un puits individuel (artésien), etc.)», a fait savoir le SIM sur son site web.

Dans la même catégorie