/regional/outaouais

Gatineau commence à reprendre son souffle

TVA Nouvelles

Durement touchée par les inondations la fin de semaine dernière, la région de Gatineau commence tranquillement à reprendre son souffle.

Sur le terrain, on peut le constater: l’eau commence à se retirer tranquillement. Certains objets, recouverts d’eau en début de semaine, sont maintenant visibles. C’est le cas notamment de voiture abandonnée dans la rue.

L’eau a baissé de 7 à 10 cm dans les dernières heures. Les averses prévues samedi et dimanche ne devraient pas empirer la situation, selon les autorités.

La Ville de Gatineau a commencé à faire des inspections sur ses infrastructures, tout comme le ministère des Transports du Québec. Ils tentent de vérifier si des affaissements de la chaussée se sont produits.

Avec la décrue, certains sinistrés ont pu réintégrer leur résidence. Après s’être battus pendant plusieurs jours contre la montée des eaux, ils devront maintenant mener un autre combat: celui de la reconstruction.

Selon les autorités locales, 548 résidences ont été évacuées, 859 personnes ont été évacuées volontairement et 1535 citoyens ont été pris en charge dans les centres.

Samedi matin, plusieurs sinistrés ont pu constater les dommages que l’eau a infligés à leur résidence.

C’est le cas de Diane, évacuée depuis deux semaines. Elle est retournée à quelques reprises chez elle et a déjà constaté l’ampleur de la tâche qui l’attend. Samedi matin, elle s'est rendue à sa maison en canot pour aller porter des boîtes.

«Il va falloir vider tous les meubles, les monter au deuxième étage, parce qu’on ne sait pas lesquels on garde, a-t-elle souligné. Il va falloir arracher les planchers, sortir les meubles dehors éventuellement, et couper le gypse. Il faut être prêt quand ils vont apporter les conteneurs pour les rebuts.»

Elle avait acheté son auto et sa maison pour sa retraite. Elle ignore ce qu’il adviendra de son véhicule pour le moment. La sinistrée s’est rendue à une soirée d’information sur l’après-sinistre.

«Ça m’a réconfortée de savoir quelles étapes faire une après l’autre», a-t-elle dit.

Par ailleurs, une clinique juridique itinérante est disponible pour tous les citoyens de la région touchés par les inondations et qui ont des questions notamment sur les réclamations auprès des assureurs et les recours judiciaires possibles.

Dans la même catégorie