/news/currentevents

Un homme tué lors d'une intervention de la SQ à Beauceville

Nicolas Saillant | Agence QMI 

L’homme qui a été abattu lors d’une opération policière à Beauceville, lundi, aurait tenté de dégainer à l’arrivée des policiers de la Sureté du Québec.

Vers 9 h 45 lundi matin, un appel à la centrale 9-1-1 serait entré en lien avec une histoire de violence conjugale dans une résidence de la route du Golf à Beauceville. L’appel aurait fait état d’un homme armé et menaçant.

À l’arrivée des policiers, un homme de 41 ans aurait «confronté» les policiers alors qu’il portait un pistolet à sa ceinture.

Les agents auraient alors fait feu en direction de l’individu, Emmanuel Therrien, qui est ensuite décédé de ses blessures.

Fusil à plomb

Selon un voisin, André Vachon, la victime possédait un fusil à plomb, arme que les deux voisins utilisaient parfois pour tirer des cibles.

«À ma connaissance il n’avait pas d’autres armes que son fusil à plomb. J’ai déjà tiré avec. C’est un jouet, mais ça a la même forme qu’un fusil de policier, un .8 mm», a expliqué M. Vachon.

Présent lors de l’événement, celui qui habite en face de la résidence d’Emmanuel Therrien affirme avoir vu un véhicule de police circuler sur la route du Golf avant de s’immobiliser sur le terrain de la victime.

«Le policier passager est sorti de l’auto avec une main sur son arme, ils sont partis derrière la maison et c’est là que j’ai entendu deux coups de feu», a raconté André Vachon.

«Ça s’est passé très vite, une question de secondes», a dit celui qui faisait bon voisinage avec la victime. Il indique n’avoir entendu aucun cri avant les deux coups de fusil.

Emmanuel Therrien serait père de trois enfants qui n’étaient heureusement pas sur place lors du drame. La famille résiderait en Beauce depuis environ cinq ans, mais serait originaire de la Gaspésie.

L’homme qui a plusieurs antécédents dans son casier judiciaire, notamment pour harcèlement, vol et introduction par effraction, était en arrêt de travail depuis environ un an.

Puisque la SQ est impliquée dans l’événement, le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) a donc pris le relais de l’investigation en conformité avec la loi, mais le BEI n’est arrivé que tard en après-midi. Huit enquêteurs ont été dépêchés sur place.