/regional/homepage

Une ville de l’Ontario choisit Uber plutôt que des autobus

Agence QMI

La petite ville d’Innisfil, en Ontario, a lancé lundi un partenariat avec l’entreprise Uber pour fournir un service de transport en commun à ses citoyens sans avoir à se procurer d’autobus, une première au Canada.

Dans les cartons de la ville depuis quelques mois, le projet devait être lancé le 1er mai dernier, mais le grand jour avait finalement été repoussé au 15 mai.

En vertu de ce partenariat, les citoyens d’Innisfil pourront commander un trajet avec l’application UberPool à partir de n’importe où en ville et à n’importe quel moment en direction de quelques destinations présélectionnées au coût de 3 à 5 $. Ces destinations incluent notamment la mairie, le centre récréatif, les stations d’autobus du réseau intermunicipal de Toronto et la gare de train de banlieue de Barrie.

Les citoyens désireux de se rendre ailleurs à l’intérieur de la ville auront aussi droit à un rabais de 5 $ sur leur course vis-à-vis du prix habituel d’un trajet avec Uber.

De son côté, la Ville va assumer la différence sur le prix réel de la course. Sur son site internet, la Ville a expliqué avoir prévu 100 000 $ pour la phase 1 du programme, une somme qu’elle s’attend à épuiser en six à neuf mois. 125 000 $ sont également déjà prévus pour la phase 2 du partenariat.

En comparaison, doter Innisfil d’une ligne d’autobus régulière aurait coûté environ 270 000 $ par année et 610 000 $ pour deux lignes, a estimé la Ville dans une étude de faisabilité en 2015.

«Grâce au partenariat avec Uber, nous allons offrir un système de transport public accessible à tous nos résidents, un point qui s’est avéré être un défi avec l’expansion de la ville», avait expliqué le maire Gord Wauchope en mars dernier, lors de la présentation du projet.

Les chauffeurs de taxi de la ville sont toutefois mécontents de l’arrivée du nouveau service, eux qui jugent ne pas avoir la capacité de lutter contre les tarifs prévus. «Ce n’est pas juste pour la compagnie de taxi, pour les chauffeurs, pour tous les taxis des environs. Uber détruit l’industrie», a déploré Manjot Saini, le propriétaire de Global Taxi, dans une entrevue avec CTV News.

Dans la même catégorie