/news/politics

La cartographie doit être revue, dit Couillard

Kathryne Lamontagne | Agence QMI 

Simon Clark/Agence QMI

En prévision d’un «sérieux débat» concernant de nouvelles constructions dans les zones inondables, la cartographie doit être revue au Québec et rendue publique, admet Philippe Couillard.

Les récentes inondations qui touchent le Québec ne s’inscrivent plus dans «l’extrême rareté» et pourraient se reproduire de façon plus fréquente étant donné «le dérèglement climatique qu'on connaît», a lancé le premier ministre, mardi.

«On doit réfléchir à des questions telles que les zonages, les plans d'urbanisme, les possibilités de construire de nouvelles installations en respectant bien sûr les droits acquis des citoyens qui sont déjà installés dans certaines régions du Québec», a-t-il soutenu.

Cartes et revues publiques

Le premier ministre venait d’être interpellé en chambre par Jean-François Lisée, qui a souligné le retard accusé dans la cartographie de ces zones depuis l’abandon d’un programme à cet effet, en 2004. Qui plus est, un citoyen qui souhaite acquérir une maison ne peut savoir si elle se situe en zone inondable, a déploré le chef du Parti québécois.

Le chef libéral s’est rendu à ses arguments, affirmant qu’il fallait «refaire les cartes» et les rendre accessibles à la population et aux municipalités. «Parce que je pense qu'il y aura un sérieux débat à faire au Québec quant à la possibilité de construire de nouvelles installations en zone inondable», a renchéri M. Couillard.

Commission d'enquête

Le premier ministre s’est aussi montré ouvert à la suggestion du chef de l’opposition de créer une «commission indépendante scientifique et technique», à l’instar de ce qui avait été fait après le déluge du Saguenay et la crise du verglas. Cette dernière pourrait permettre de faire le point sur les inondations actuelles, en plus de dégager des recommandations.

«Je ne me commettrai pas aujourd'hui sur la façon de le faire, mais il faut certainement engager cette réflexion-là dès maintenant», a dit le premier ministre.

Par ailleurs, le gouvernement n’avait toujours pas dévoilé mardi les détails de la révision du programme d’indemnisation qui sera offert aux sinistrés. «On devrait être capable d’annoncer des choses bientôt», a signifié en mêlée de presse le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

Lac Saint-Jean sous surveillance

Si les eaux se retirent dans la plupart des régions touchées, la situation demeure inquiétante au Lac Saint-Jean. «On surveille particulièrement le niveau. Ce qu’on vit au lac Saint-Jean, c’est une deuxième crue, c’est sérieux et on surveille ça de près», a laissé savoir le ministre de l’Environnement David Heurtel, questionné avant la tenue du conseil des ministres.

Dans la même catégorie