/news/politics

Le SPVM prêt à transmettre de fausses informations

TVA Nouvelles 

Le directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Philippe Pichet, a affirmé lors de son deuxième témoignage devant la commission Chamberland sur la protection des sources journalistiques qu’il ne fermait pas la porte à l’utilisation de fausses informations pour débusquer une source.

M. Pichet a fait référence à une technique d’enquête illustrée précédemment par un enquêteur du SPVM. Une information peut être fabriquée et les enquêteurs peuvent ensuite suivre le chemin qu’elle parcoure pour voir quels policiers communiquent avec des membres des médias.

«Je ne veux pas fermer la porte à différentes techniques d’enquête et c’est pourquoi je dis qu’il faut que ce soit super bien encadré. Sans aller dans le détail, il faudrait évaluer les impacts», a précisé Philippe Pichet.

Le directeur du SPVM a soutenu qu’il ne doit pas y avoir d’impact majeur sur la véracité de l’information transmise au public.

Le témoignage de Philippe Pichet est terminé. La commission Chamberland reprend ses audiences demain.

Dans la même catégorie