/news/politics

Denis Coderre admet avoir «pété sa coche»

 - Agence QMI

Le maire de Montréal, Denis Coderre, admet avoir «pété sa coche» quand le journaliste Patrick Lagacé a reçu une copie d’un constat d’infraction qui lui avait été remis en 2012.

«La coche je l’ai pétée le 17 [décembre 2014]. J’étais assez furieux, c’est rendu grave, on laissait sous-entendre au trafic d’influence, trop c’est comme pas assez», a lancé le maire lundi, lors de son témoignage à la commission Chamberland sur la protection des sources journalistiques.

M. Coderre a dit qu’il était «en beau maudit», notamment car c’était le troisième événement avec des informations venant de sources policières qui coulaient dans les médias.

En juillet 2014, les médias avaient révélé que le maire avait réquisitionné une escorte policière à un concert de Corey Hart, ce que le maire nie avoir fait. Puis, en décembre de la même année, une contravention salée qu’il avait reçue à Laval avait aussi été rendue publique.

«J’ai appelé M. Parent [le chef de la police à l’époque] pour ventiler, je me suis défoulé», a-t-il dit. M. Coderre lui aurait aussi demandé s’il était «normal ou légal» que ces informations se rendent entre les mains des médias.

«Je n’ai fait aucune demande d’enquête», a toutefois assuré le maire. Interrogé à savoir s’il avait des attentes après cet appel téléphonique, M. Coderre a simplement répondu que l’appel lui avait «juste fait du bien».

Plus tôt lundi, sa directrice des communications, Catherine Maurice, a témoigné.

Dans la même catégorie