/regional/montreal/montreal

Avisés à peine quelques heures avant de la visite d'Obama

Le Liverpool House, réputé restaurant de la Petite-Bourgogne, à Montréal, est abonné aux invités prestigieux, mais le branle-bas qui l’a animé mardi soir dépasse tout ce que l’endroit a connu jusqu’à maintenant.

Vers 19h, Barack Obama a foulé son sol, accompagné du premier ministre Justin Trudeau, pour un tête-à-tête sympathique entre deux hommes unis par l’amitié. Mais c’est à peine quatre heures plus tôt que le Liverpool House a été avisé de cette visite pas ordinaire.

«En général, quand on sait que Justin vient, il y a des protocoles de sécurité à suivre. Là, on se rendait compte que les protocoles étaient différents, plus compliqués, [...] beaucoup plus intenses que quand Justin vient manger», a expliqué le chef David McMillan en entrevue à LCN.

Barry in MTL #obama #montreal #burgundylion #joebeef #vinpapillon

Une publication partagée par PaulDesbaillets (@pauldesbaillets) le

Par exemple, toutes les bornes de péage ont été fermées sur la rue, des équipes de sécurité ont été dépêchées sur place vendredi et samedi, et des chiens ont sillonné la ruelle derrière le restaurant. La direction du restaurant avait donc quelques doutes sur la visite qu’elle attendait, mais «officiellement, ils ne nous l’ont pas dit avant hier à 3h de l’après-midi», a confimé M. McMillan.

«Justement, hier et avant-hier, il y a des équipes qui sont venues au restaurant pour voir où ils allaient s’asseoir, comment la table allait être disposée, où étaient les salles de bain», a-t-il poursuivi.

Les deux hommes se sont installés à une table à côté du bar, dans un secteur achalandé près des cuisines. «Il y en a qui diraient que c’est pas la meilleure table, mais c’est là où ils voulaient être, alors c’est là où on les a assis.»

Malgré toute l’effervescence entourant la visite du 44e président des États-Unis, le copropriétaire du restaurant a pris la chose de façon assez décontractée. «J’aimerais être nerveux, mais ça fait longtemps que je suis en cuisine et on a servi beaucoup de gens célèbres à travers les années.»

S’il n’y a plus grand-chose qui l’énerve, David McMillan reconnaît que c’est un honneur et il se dit «très choyé que Justin ait choisi notre restaurant pour emmener Barack Obama», un homme «gentil, authentique. Il est comme on pense qu’il est», un «grand homme!»

Au menu de M. Obama, figuraient plusieurs bons produits du Québec, comme de l'esturgeon fumé «de la poissonnerie Lauzier à Kamouraska», du flétan, du homard, des asperges blanches et des morilles. Le tout avait débuté avec une entrée d'huîtres.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.