/finance/homepage

Le salaire minimum à 15 $ n’effraie pas Dollarama

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Alors que Couche-Tard menace de fermer des magasins en Ontario en raison de la hausse du salaire minimum à 15$, Dollarama se garde bien de faire des déclarations aussi dramatiques.

Le réseau de magasins à rabais n’a pas l’intention de fermer des magasins, bien au contraire.

L’Ontario prévoit faire passer son salaire minimum à 14$ en janvier 2018, puis à 15$ l’année suivante. La mesure aura un impact «important» sur les finances de Dollarama, qui compte 40% de ses magasins dans cette province, mais rien dans tout cela n’effraie la famille Rossy, fondatrice de l’entreprise.

Une bonne partie de son personnel touche pourtant le salaire minimum ou tout près, ce qui signifie que l’entreprise aura à faire face à une importante augmentation de ses coûts d’exploitation au cours de la prochaine année, mais cela ne semble pas inquiéter le président et chef de la direction, Neil Rossy.

Spéculations pour le moment

«Le marché va s’ajuster. Et on peut spéculer autant qu’on veut, mais en ce moment, avec les informations qu’on a, on pense que l’impact sera [limité] cette année.»

«Tant et aussi longtemps que nos compétiteurs ont, eux aussi, à faire face à ce nouveau salaire, on va s’ajuster», a ajouté le fils du fondateur Larry Rossy, en poste depuis un peu plus d’un an.

L’entreprise a mis en place diverses mesures visant à accroître sa productivité au cours des dernières années, en révisant les horaires de son personnel et ses méthodes de contrôle des vols, notamment, ajoute le chef de la direction financière, Michael Ross. «Cette année, c’est le salaire minimum. Il y a 1 an et demi, c’était l’inflation sur les divises de l’ordre de 30 %, avant, c’était l’inflation en Chine, ou celle des coûts de l’énergie.»

Tous ces éléments ont affecté autant Dollarama que ses concurrents, limitant ainsi leurs impacts, a-t-il fait valoir, alors que Dollarama dévoilait ses résultats du premier trimestre mercredi.

La veille, Alain Bouchard, fondateur et président exécutif du conseil d’Alimentation Couche-Tard, avait tenu des propos diamétralement opposés. «Oui, il y aura des fermetures chez Couche-Tard. Je ne peux pas dire combien... il y aura la disparition de plusieurs commerces en Ontario.»

Résultats du trimestre

Dollarama a enregistré une hausse des ventes et des profits au premier trimestre par rapport à la même période l’an dernier, notamment en raison de ventes record à Pâques et en raison de meilleurs rendements dans ses magasins existants et de l’ajout de nouveaux magasins.

Les ventes ont augmenté de 10 % pour s’établir à 704,9 millions $ pour les trois mois se terminant le 30 avril dernier, contre 13,2 % l’an dernier. Le résultat net dilué par action ordinaire de la chaine de magasins de produits bon marché a bondi de 20,6 %, passant de 0,68 $ au premier trimestre de 2016 à 0,82 $ cette année.

«Depuis la fin avril, la totalité de nos magasins accepte les paiements par carte de crédit, offrant ainsi davantage de choix et de commodité aux clients», a ajouté Neil Rossy.

Les marchés ont accueilli avec enthousiasme les bons résultats de Dollarama, l’action ayant frôlé un sommet historique en milieu de journée, avant de baisser légèrement.