/news/politics

Le secrétaire du Trésor rejette l’opinion d’une ministre canadienne

Agence QMI

De passage à Ottawa vendredi, le secrétaire du Trésor américain a rejeté l’idée que les États-Unis abandonnent leur rôle de leader mondial, comme l’a laissée entendre la numéro deux du gouvernement Trudeau, plus tôt cette semaine.

«Il est clair que les récents séjours de Donald Trump au Moyen-Orient, au Vatican, et au sommet de l’OTAN, démontrent son leadership sur la scène internationale», a défendu le secrétaire Steven Mnuchin en point de presse après une rencontre avec son homologue canadien.

Mardi, dans une longue allocution à la Chambre des communes, la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a laissé entendre que le Canada doit profiter du repli américain pour jouer un plus grand rôle diplomatique et militaire.

«Le fait que notre ami et allié met en doute la valeur de son leadership mondial fait ressortir plus nettement le besoin pour le reste d’entre nous d’établir clairement notre propre orientation souveraine», avait-elle déclaré.

Flanqué de son homologue canadien Bill Morneau, Steven Mnuchin a ajouté qu’il «respecte l’opinion» de Mme Freeland, se disant «très à l’aise» avec «Donald Trump et le leadership des États-Unis dans le monde».

Questionné à savoir si la sortie de la ministre Freeland allait jeter un froid entre les deux pays, M. Mnuchin a rejeté cette idée.

En point de presse à l’issue de leur rencontre, MM. Morneau et Mnuchin ont souligné la proximité de la relation économique entre les deux pays, à l’aube de la renégociation de l’ALÉNA.