/news/world

Un an après le carnage, jour de commémoration au Pulse

TVA Nouvelles et Agence France-Presse

Des centaines de personnes se sont rassemblées lundi devant le club gai le Pulse à Orlando, en Floride, pour rendre hommage aux victimes un an après le pire attentat perpétré aux États-Unis depuis le 11-Septembre.

«Nous N'OUBLIERONS JAMAIS les victimes qui sont mortes il y a un an dans la terrible fusillade du #PulseNightClub. #OrlandoUnitedDay», a tweeté lundi le président américain Donald Trump.

Le 12 juin 2016, l'Américain Omar Mateen a tué 49 personnes et en a blessé 58 autres dans la discothèque après avoir prêté allégeance au groupe État islamique. La police l'a abattu au bout de trois heures.

Le bâtiment du drame, qui va être converti en musée, a ouvert à 2h du matin lundi - l'heure de la fusillade - pour un hommage privé en présence des familles des victimes et des survivants.

«Peu importe la noirceur de la nuit, le soleil se lèvera toujours», a déclaré le maire d'Orlando Buddy Dyer, selon la télévision locale WFTV.

À l'extérieur, un mémorial improvisé a été érigé avec des drapeaux arc-en-ciel, des photos des victimes, des fleurs et des peluches.

Quarante-neuf personnes déguisées en anges portant de larges ailes blanches entouraient la discothèque. Cette «armée des anges» s'est formée après le massacre pour protéger symboliquement les proches des victimes des manifestants anti-homosexuels.

«La seule lumière d'espoir que nous pouvons trouver c'est tout l'amour et l'attention dont chacun fera preuve avec l'autre», a déclaré Viviana Torche sur la chaîne WFTV, après avoir participé à l'hommage.

Christopher Hansen a raconté au quotidien local Orlando Sentinel qu'il était parvenu à s'échapper du club la nuit de la fusillade et avait ensuite aidé à soigner les blessés.

«L'émotion dépasse les mots», confie-t-il. «Je suis revenu plusieurs fois ici. Mais là c'est différent. En voyant les visages des 49 (tués), tous ces gens ici venus les soutenir et leur rendre hommage, c'est tellement magnifique».

Le gouverneur de Floride Rick Scott est venu participer à une minute de silence.

Il avait annoncé vendredi que le 12 juin serait désormais un «jour de souvenir du Pulse». «C'était une attaque contre Orlando, notre État, les communautés hispanique et LGBTQ (homosexuels, transgenres, etc.)», avait-il déclaré.

La majorité des victimes étaient d'origine portoricaine. Un quart des habitants d'Orlando sont hispaniques, dont la moitié de Porto-Rico.

Des milliers de personnes devaient participer dans la soirée à une veillée d'hommage aux victimes sur les rives du lac Eola.

Le carnage du Pulse de minute en minute

2h02 : Des agents sont appelés au Pulse après plusieurs appels relatant des coups de feu.

2h04 : Des renforts sont appelés.

2h08 : Des agents de différents services d’ordre entrent dans le club et ouvrent le feu sur le tireur.

2h18 : Le groupe d’intervention tactique de la police d’Orlando demande une mobilisation générale.

2h35 : Le tireur contacte le 911. L’appel dure une cinquantaine de secondes.

2h48 : Premier appel entre un négociateur et Mateen, qui dure environ 9 minutes.

3h03 : Deuxième appel entre un négociateur et Mateen, qui dure environ 16 minutes.

3h24 : Troisième appel entre un négociateur et Mateen, qui dure environ 3 minutes.

[Dans ces trois appels, le tireur se présente comme un «soldat islamique». Il demande que l’Amérique cesse de bombarder la Syrie et l’Irak, et indique que c’est pour cette raison qu’il pose son geste. Il déclare aussi que des véhicules à l’extérieur sont piégés et qu’il va les faire exploser si les policiers font quelque chose de stupide. Il dit aussi avoir une veste d’explosifs. Après son dernier appel, les policiers n’ont pas été capables de le joindre à nouveau.]

4h21 : Les policiers d’Orlando retirent une unité d’air conditionné d’un des vestiaires pour permettre à des victimes de sortir. L’information obtenue de ces personnes a permis à la police de mieux comprendre la situation à l’intérieur du club.

4h29 : Plusieurs victimes mentionnent à la police d’Orlando que le tireur a dit qu’il installerait quatre vestes explosives sur des victimes dans les 15 prochaines minutes.

5h02 : Le groupe d’intervention tactique d’Orlando crée une brèche dans le mur à l’aide d’explosifs et d’un camion blindé pour pénétrer dans le club.

5h14 : Des coups de feu sont tirés, disent des agents sur les ondes de la police.

5h15 : Des coups de feu sont tirés en direction du suspect et ce dernier est déclaré mort.

Il n’y aurait eu aucun coup de feu tiré entre le premier échange à 2h08 et l’attaque finale.

Après leurs recherches, les policiers n’ont trouvé aucun explosif sur les lieux.

Dans la même catégorie