/news/culture

Une «Révolution» au Musée des beaux-arts de Montréal

Yan Lauzon | Agence QMI

ART-MBAM-REVOLUTION

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

La fin des années 1960 se paye le luxe d’un retour en force. La musique, le cinéma, la mode, le design et le militantisme de la deuxième moitié de cette décennie sont les vedettes de la nouvelle exposition «Révolution» au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM).

Cette création est l’édition nord-américaine de l’offrande proposée à Londres par le Victoria and Albert Museum qui a connu un vif succès. Elle témoigne d’une jeunesse aspirant à un vent de changement et de liberté de 1966 à 1970.

Une mine de souvenirs

Plus de 700 œuvres et documents – dont des costumes de scène, des objets de design, de nombreuses photos, des pochettes d’albums et des extraits musicaux – se côtoient pour créer une expérience d’immersion qui parachute les visiteurs aussi bien à Woodstock qu’à Londres, sans oublier de passer par un Québec florissant.

«Il était important pour nous de situer cette révolution du Québec dans un contexte beaucoup plus global pour montrer à quel point la société était vraiment à l’avant-garde, qu’elle a épousé tous les enjeux et les revendications à l’échelle mondiale», détaille Nathalie Blondil, directrice générale et conservatrice en chef du MBAM.

Si les yeux sont stimulés par cette époque florissante durant laquelle rayonnaient des artistes musicaux tels que Jimi Hendrix, Roger Daltrey, John Lennon, Janis Joplin et Jean-Pierre Ferland, «Révolution» se veut aussi une occasion d’apprendre et de revoir des moments importants du passé.

«Oui, on est dans les arts visuels, mais on est aussi beaucoup dans la culture historique, sociologique, matérielle et un pont musical nous accompagne le long de ce voyage», précise Nathalie Blondil.

Six propositions

L’expérience est divisée en six environnements distincts qui se complètent bien, pendant que des extraits de grandes chansons et d’autres de célèbres discours se succèdent.

S’enchaînent des espaces consacrés aux thèmes «Contre-culture» (des habits de John Lennon s’y trouvent), «Swinging London» (la rébellion des jeunes Britanniques est lancée) , «Dissidence» (les rues sont occupées par militants et manifestants), «Festivals» (c’est l’heure du rassemblement Woodstock et du spectacle «L’Osstidcho»), «Consommation» (design et technologie au temps d’«Expo 67») et «Communes, environnement et informatique» (l’ordinateur Apple 1 y trône).

L’exposition «Révolution» sera présentée du 17 juin au 9 octobre. Pour tout l’été, le MBAM ouvrira ses portes sept jours sur sept.