/news/politics

Des médias concurrents s’entraident présume la SQ

Hugo Duchaine

 - Agence QMI

Des médias concurrents se seraient partagé entre eux des informations privilégiées présume une enquête de la Sûreté du Québec menée sur les fuites journalistiques au sujet de la taupe Ian Davidson à la police de Montréal.

«La théorie est que ce sont des confrères, ils doivent s’échanger de l’information. C’est comme une évidence, comme les escouades de police», a affirmé mercredi l’enquêteur à la retraite Pierre Frenette, devant la commission Chamberland sur la protection des sources journalistiques.

Selon l’enquêteur de la SQ, «La Presse» aurait partagé les informations de sa source avec Radio-Canada et TVA. En lisant les reportages publiés, M. Frenette est venu à la conclusion que «La Presse» avait eu accès à un affidavit et un PowerPoint préparé par le SPVM.

Ensuite, les journalistes de «La Presse» auraient ensuite donné les informations de l’affidavit à TVA et celles du PowerPoint à Radio-Canada, en se fiant sur ce que contenaient leurs reportages respectifs.

«Il y a un échange d’information, on le voit clairement», a assuré l’enquêteur.

Selon lui, cette théorie restait plus plausible que de penser qu’une ou plusieurs sources aient pu communiquer avec divers journalistes. M. Frenette a aussi dit avoir validé sa théorie avec Ian Lafrenière du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui travaillait alors aux relations médias.

L’enquêteur explique s’être aussi basé sur ses 38 ans d’expérience à la SQ. «Pour avoir fait les palais de justice, [les journalistes] sont tous ensemble, ce ne sont pas des ennemis», a-t-il raconté.

Cette enquête de la SQ, avait été commandée par le ministre de la Sécurité publique de l’époque, Robert Dutil, quand les médias ont révélé en janvier 2012 que le policier Ian Davidson du SPVM avait tenté de vendre une liste secrète d’informateurs au crime organisé.

Dans la même catégorie