/news/law

Le «bon Samaritain» de L'Île-Bizard plaide coupable d’entrave

Michaël Nguyen | Agence QMI 

Le résident de L'Île-Bizard, surnommé le «bon Samaritain», arrêté lors des inondations le mois dernier s’en est sorti sans casier judiciaire, même s’il a plaidé coupable d’entrave ce jeudi.

Revoyez les images de son arrestation dans la vidéo ci-dessus.

Alain Furlano, 54 ans, a obtenu l’absolution conditionnelle pour être allé à l’encontre des policiers en mai dernier, alors que certaines régions du Québec étaient aux prises avec une vague d’inondations.

Le 9 mai dernier, il voulait préparer des sacs de sable et construire une digue dans le secteur Pierrefonds sur l’île de Montréal, mais les policiers l’en ont empêché, car sa construction aurait pu fragiliser une voie ferrée.

Comme l’accusé n’a pas voulu collaborer, il a été coffré.

Et une fois rendu au poste de police, il avait refusé de signer une promesse de comparaître, si bien qu’il était resté détenu. Et lorsqu’il a à nouveau eu la possibilité d’être libéré, il avait encore refusé, avant de changer son fusil d’épaule la journée d’après.

A l’exception de l’audience de jeudi, Furlano tenait à la cour un discours ressemblant comme deux gouttes d’eau à celui tenu par les «Freemen of the Land», un groupe de «Citoyens souverains» qui rejettent l’ensemble des lois et le système économique et basent leur raisonnement sur des arguments pseudo-juridiques.

Lorsque les autorités ont aidé les citoyens sinistrés, Furlano avait interdit à quiconque de mettre les pieds sur son terrain sous peine d’une «amende de 250 000 $».

Dans la même catégorie