/news/world

Dans la tête du présumé terroriste Amor Ftouhi

Rouler des centaines de kilomètres pour aller attaquer un policier à l’aéroport de Flint au Michigan le blessant gravement avec un long couteau. Quelles pouvaient être les motivations du Montréalais Amor Ftouhi, un homme de 49 ans, habitant dans le quartier Saint-Michel? L’ancien policier de la Sûreté du Québec (SQ) et expert en terrorisme, Paul Laurier, répond à nos questions.

Qu’est-ce qui permet au FBI d’affirmer qu’il s’agit d’un attentat terroriste?

La cible: un policier armé. L’État islamique et Al-Qaïda disaient on va frapper des agents et le fait qu’il a crié Allahu Akbar (Dieu est le plus grand). Vous venez nous tuer en Syrie, en Irak [NDLR Nous répliquons]. Il revendiquait clairement son geste donc le FBI dit que c’est un acte terroriste.

L’enquête sera vaste et complexe, car il y a plusieurs corps de police impliqués ...

J’en ai compté huit. La police de l’aéroport parle à la police municipale qui discute avec la police de comté qui parle à la police fédérale de l’État du Michigan qui appelle le FBI qui, lui, parle à la liaison de la GRC à Washington qui s’entretient avec Ottawa qui déclenche la structure policière d’hier impliquant la SQ, le SPVM et la GRC.

Le travail se fait de concert entre les États-Unis et le Canada?

Oui, on travaille ensemble et partage l’information. Pour ouvrir la porte de la résidence du suspect, il faut un mandat légal qui n’est pas le même qu’aux États-Unis donc des juges sont impliqués et des procureurs.

Les enquêteurs sont en quête du moindre indice ...

On veut savoir s’il a des complices ici. S’il est vraiment un loup solitaire, s’il a planifié son geste, si c’est un sympathisant de l’État islamique. C’est en perquisitionnant, en allant chercher ses ordinateurs, ses moyens de télécommunication.

Amor Ftouhi n’était pas fiché, n’avait pas de casier judiciaire. Comment les policiers peuvent-ils contrer ce type de menace, si le suspect ne présente pas de «signes avant-coureurs»?

C’est très difficile et le loup solitaire est dans la mentalité de l’État islamique. Il a pris un couteau de chasse. Il est camionneur. A-t-il pensé à utiliser un camion-bélier, à foncer dans une foule? Et là, on va comprendre un peu mieux pourquoi il est à Flint, déterminer ses motifs et arrêter le plus rapidement les cellules autour de lui, s’il y en a, interroger les membres de sa famille, ses proches.

Dans la même catégorie